Jean Provencher, bâtisseur de l'année

Lors de la Soirée des éloges 2015, la... (Photo courtoisie Promutuel Assurance et CCIRC)

Agrandir

Lors de la Soirée des éloges 2015, la Chambre de commerce et d'industrie de la région de Coaticook (CCIRC) et Promutuel Coaticook-Sherbrooke ont tenu à souligner l'apport inestimable du «Bâtisseur de l'année», Jean Provencher, propriétaire de la Laiterie de Coaticook depuis 1989. De gauche à droite, Dominic Arsenault, président de la CCIRC, Jean Provencher et René Larochelle, directeur général de Promutuel Coaticook-Sherbrooke.

Photo courtoisie Promutuel Assurance et CCIRC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Coaticook) Chaudement applaudi par une salle déjà conquise, le propriétaire de la Laiterie de Coaticook, Jean Provencher, a reçu le prix «Bâtisseur de l'année» décerné par Promutuel Coaticook-Sherbrooke et la Chambre de commerce et d'industrie de la région de Coaticook lors de la Soirée des éloges 2015 qui s'est tenue mercredi soir.

Rappelant quelques souvenirs d'enfance partagés avec M. Provencher, René Larochelle, directeur général de Promutuel Coaticook-Sherbrooke et maître de cérémonie, a fait un survol de la carrière de ce grand bâtisseur qui a débuté à l'âge de 10 ans. «Pour 25 cents de l'heure, il balayait les planchers et lavait les caisses de lait, aujourd'hui il m'a dit qu'il avait été augmenté à 32 cents!, a lancé M.Larochelle avec un clin d'oeil bien senti. Après son secondaire à l'école polyvalente, il étudie pendant une année aux Ursulines de Stanstead en comptabilité et apprend aussi l'anglais. En 1982, il fait une technique en industrie laitière et poursuit ses études comme frigoriste.»

«En 1989, Jean et sa soeur Johanne achètent les parts de Fernand Houle et de leur père Émile Provencher. Il devient président de la Laiterie de Coaticook à l'âge de 27 ans. La compagnie emploie sept employés et génère des revenus d'un million de dollars. Les nouveaux actionnaires ne tardent pas à introduire de nouveaux produits et l'entreprise prend de l'expansion. La Laiterie de Coaticook déménage ses activités en 2004 sur la rue Child. Aujourd'hui, l'entreprise emploie 115 personnes à temps plein avec une production quotidienne moyenne de crème glacée de 50 000 litres. Johanne a pris sa retraite l'an passé et les filles de Jean travaillent déjà dans l'entreprise familiale. Lui est déjà prêt pour un nouveau défi.»

«La Laiterie de Coaticook est rendue où elle est parce que nous avons su saisir les opportunités quand nous étions en mesure de les saisir, a souligné M. Provencher. On a avancé sur des bases solides. Mais il faut se rappeler que Johanne et moi avons cultivé, comme on a pu et avec passion, la graine qui avait été semée par d'autres avant nous.» Fondée en 1940, la Laiterie de Coaticook célèbre cette année son 75e anniversaire.

Du sucre et du rhum coaticookois?

Jean Provencher n'a pu éviter les questions de la salle relativement à l'intérêt que suscite un de ses nouveaux projets : l'usine de betteraves à sucre. «Ce ne sont pas toujours ceux qui démarrent un projet qui en profitent, mais ça prend des gens qui en démarrent pour que d'autres amènent ça ailleurs, a rappelé M.Provencher. La Laiterie achète 25 tonnes de sucre par année, le troisième plus important ingrédient après la crème et le lait. Le projet est en développement et notre objectif est de raffiner un sucre naturellement avec des betteraves cultivées en région. Nous avons aussi plusieurs projets liés à cette usine, dont celui de faire du rhum à Coaticook. Joindre l'utile à l'agréable! On sait qu'on va y arriver. Quand? On ne le sait pas. Pour récolter, il faut planter, il faut essayer.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer