Centre-ville: les enjeux économiques d'abord

La conseillère Annie Godbout espère que les enjeux de développement... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

La conseillère Annie Godbout espère que les enjeux de développement économique seront au coeur du Plan directeur d'aménagement durable du centreville de Sherbrooke qui guidera les actions de la Ville jusqu'en 2020. « Quand on a un centre-ville fort, c'est toute la ville qui y gagne », estime l'élue du district de Rock Forest.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) La conseillère Annie Godbout espère que le Plan directeur d'aménagement durable du centre-ville de Sherbrooke présentera une vision claire des enjeux économiques de ce qui devrait être « le pilier du développement économique de Sherbrooke ».

« Le plan qu'on nous a présenté le 4 février dernier est ambitieux et comporte plusieurs bons aspects. Toutefois, il est orienté majoritairement autour du milieu de vie et du développement durable. Je reconnais l'importance de ces deux aspects, mais il est primordial de traiter des enjeux économiques », soutient la conseillère du district de Rock Forest.

Elle-même travailleuse au centre-ville depuis plusieurs années, Mme Godbout rappelle que le centre-ville devrait avoir un statut particulier, étant le coeur névralgique de la ville.

« Il faut avoir une vision claire de ce que l'on veut. Il faut avoir un centre-ville attractif pour garder nos jeunes qui finissent l'université grâce à des entreprises innovantes », croit la conseillère.

Selon elle, des entreprises oeuvrant dans les technologies de l'information, des centres d'innovation ou des centres de données par exemple pourraient avoir un grand pouvoir d'attraction sur la main-d'oeuvre qualifiée en plus de créer un centre-ville résolument technologique.

La présence de CGI en plein coeur du centre-ville est un exemple du genre d'entreprise dynamique qu'il faut attirer dans ce secteur, estime Mme Godbout.

À l'inverse, l'établissement de Sherweb à l'intersection des rues King et Jacques-Cartier est déplorable.

« C'est malheureux que Sherweb soit installée à la Cité du Parc. C'est un exemple de l'étalement de notre centre-ville », affirme l'élue.

Inquiétude à propos des investissements

Annie Godbout ne cache pas son inquiétude de voir la Ville dépenser des milliers de dollars pour la construction d'un toit sur la place Nikitotek alors que le centre-ville a besoin d'investissement pour attirer le monde des affaires.

« Entre dépenser de l'argent pour la place Nikitotek ou investir pour améliorer le centre-ville afin qu'il devienne un pilier économique, je pense que le choix est logique... », indique-t-elle.

Mme Godbout a fait part de ses commentaires aux membres du Comité consultatif centre-ville 2020. Elle espère maintenant qu'ils seront pris en compte lors de l'élaboration du plan final. Elle dit toutefois avoir senti une ouverture de leur part.

« Ce qui est important d'avoir c'est une mixité entre les logements, les restaurants, les commerces, mais également les bureaux d'affaires pour créer de la valeur et avoir un développement économique fort. Et pour y arriver, il faut canaliser les efforts de tout le monde vers un même objectif », croit Mme Godbout en citant l'exemple du quartier Saint-Roch à Québec qui a vécu une grande transformation dans les dernières années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer