La Ressourcerie des Frontières citée en modèle

Les entreprises d'économie sociale sont-elles un modèle à retenir pour une... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Coaticook) Les entreprises d'économie sociale sont-elles un modèle à retenir pour une communauté et une planète en santé? C'est la réflexion que David Heurtel, ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, a partagée avec les représentants de la Ressourcerie des Frontières lors de son passage à Coaticook lundi après-midi.

Avec seulement trois années d'existence, la Ressourcerie continue de connaître une croissance fulgurante, passant d'une projection annuelle de 350 tonnes de matières valorisées par année à une réalité de près de 700 tonnes, sans compter les projets d'expansion sur la table.

Toutefois, le plus grand défi de la Ressourcerie demeure le financement, notamment en raison de sa croissance rapide et du manque d'ouverture des institutions financières envers un modèle d'affaires encore trop peu connu, et ce, tout en demeurant compétitive aux yeux de ses clients, les municipalités.

« Avant de faire de la politique, j'étais président du Parc olympique et on confiait la réparation du mobilier en bois à des entreprises d'économie sociale. Cela m'a démontré l'importance de développer ce secteur, partage M. Heurtel. La mécanique municipale est différente de celle du gouvernement, mais j'aimerais utiliser la Ressourcerie comme cas de figure, à savoir comment intégrer la notion d'économie sociale dans les processus d'octroi des contrats. La Ressourcerie est un exemple concret, avec résultats à l'appui, d'une entreprise en position d'obtenir des contrats d'organismes publics. »

«Je crois sincèrement que les entreprises d'économie sociale sont les entreprises de l'avenir, a réagi la directrice générale Karine Cantin. Valoriser les matières résiduelles est une mission très importante de la Ressourcerie, mais valoriser l'humain est tout aussi important. Nous gérons notre entreprise afin qu'elle devienne autonome financièrement, tout en nous assurant que les bénéfices retournent dans la communauté. La Ressourcerie est un exemple concret de ce que peut être un développement durable dans une communauté.»

Moderniser le régime de consigne québécois

Questionné sur la pertinence d'imposer une consigne sur les bouteilles de vin, notamment, tel que le proposent de plus en plus d'organismes, le ministre a admis qu'«il est clair que nous devons moderniser notre régime de gestion de matières résiduelles, incluant le régime de consigne qui n'a pas été revu depuis 30 ans. Cela comprend la consigne des bouteilles de vin, laquelle est au centre de la question. Parallèlement, on se doit de moderniser la collecte sélective et définir le rôle qui peut être joué par les entreprises d'économie sociale dans les 3RV».

«On attend les résultats d'une étude de l'Université Laval, mais pour le moment, aucune décision n'a été prise. Par contre, nous ne sommes pas loin et nous devrions avoir quelque chose pour 2015 », conclut le ministre Heurtel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer