• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Importants changements à la tête de la multinationale Bombardier 

Importants changements à la tête de la multinationale Bombardier

Pierre Beaudoin... (Archives PC)

Agrandir

Pierre Beaudoin

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

Aux prises avec d'importantes difficultés au sein de sa division aéronautique, Bombardier a annoncé une série de changements majeurs jeudi, dont le départ de son président et chef de la direction, Pierre Beaudoin.

Laurent Beaudoin... (Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Laurent Beaudoin

Archives La Presse

Après six ans et demi à la barre de la société montréalaise, M. Beaudoin sera remplacé dès vendredi par Alain Bellemare, un ancien haut dirigeant chez United Technologies Corp (UTC) qui venait de quitter la multinationale le mois dernier.

M. Bellemare a passé 18 ans chez UTC, entre autres au sein de sa filiale Pratt & Whitney, qui fabrique notamment le moteur du nouvel avion CSeries de Bombardier.

«Nous devons améliorer la rentabilité et réaliser le vrai potentiel de cette formidable entreprise», a-t-il souligné, par voie de communiqué, alors que l'avionneur dévoilait ses résultats du quatrième trimestre.

Quant à lui, Pierre Beaudoin deviendra président du conseil d'administration, prenant ainsi la place de son père, Laurent, qui quitte après plus de 50 ans à la barre de la société. Il restera au conseil d'administration avec le titre honorifique de président émérite.

«Notre vaste portefeuille de produits, reconnu largement comme étant le meilleur au monde, fait partie de son héritage, a souligné Pierre Beaudoin. Bombardier ne saurait être ce qu'elle est sans sa vision et son leadership.»

Plan de financement

Le manufacturier d'avions et de trains a également annoncé son intention de recourir aux marchés financiers pour obtenir jusqu'à 1,5 milliard $ en capitaux en plus d'émettre des actions pour environ 600 millions $.

Pour compléter ce plan de financement, la société étudiera d'autres mesures, dont la possibilité que certaines activités d'affaires participent au regroupement qui s'opère au sein de l'industrie, afin de réduire sa dette.

La division aéronautique de Bombardier est sous pression depuis plusieurs années. En plus des retards dans le programme de la CSeries, l'entreprise a suspendu, le mois dernier, le programme de son avion d'affaires Learjet 85.

Au quatrième trimestre, l'entreprise a dévoilé une perte nette de 1,6 milliard $, ou 92 cents par action, par rapport à un profit de 97 millions $ ou cinq cents par action, à la même période l'an dernier.

Sur une base ajustée, en excluant les éléments non-récurrents, la perte trimestrielle se chiffre à 83 millions $, ou quatre cents par action, contre 129 millions $, ou sept cents par action, un an plus tôt.

Les revenus ont totalisé 6 milliards $ pour le trimestre, contre 5,3 milliards $ pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent.

Pour l'exercice 2014, Bombardier annonce une perte nette de 1,2 milliard $ ou 74 cents par action, après avoir engrangé un profit de 572 millions $, ou 31 cents par action un an plus tôt.

Son profit ajusté s'est chiffré à 648 millions $, ou 35 cents par action, comparativement à 608 millions $, ou 33 cents pour l'exercice précédent.

Les revenus de l'exercice ont totalisé 20,1 milliards $, une hausse de 10,8 pour cent compte non tenu de l'incidence des taux de change, contre 18,2 milliards $ l'exercice précédent.

La perte trimestrielle et de l'exercice 2014 est essentiellement attribuée à la charge d'éléments spéciaux liés à la décision de faire une pause dans le programme d'avions d'affaires Learjet 85.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer