Un béton qui peut «s'autoréparer» en cas de fissures

La conception d'un tout nouveau béton ultra-performant coloré, fruit d'une... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La conception d'un tout nouveau béton ultra-performant coloré, fruit d'une collaboration entre l'Université de Sherbrooke et l'entreprise Premier Jet, permettra à la petite entreprise de Lac-Drolet de diversifier son offre et de répondre aux besoins de sa clientèle. Le béton développé a notamment la particularité de «s'autoréparer» en cas de fissures.

Olivier Bonneau, de l'UdeSm et Pascal St-Pierre, de... - image 1.0

Agrandir

Olivier Bonneau, de l'UdeSm et Pascal St-Pierre, de Premier Jet.

Le béton a été développé pour le remplissage adhérent des gravures de pierre granitique ouvragée et le béton architectural.

Les deux partenaires ont collaboré dans le cadre d'un projet de recherche financé par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). « On a ajouté des propriétés secrètes; si jamais il y a un petit dommage au fil des années qui se développe à l'intérieur du matériau, le béton va avoir la capacité de s'autoréparer», explique le professeur en génie civil Richard Gagné de l'UdeS.

Dans le domaine du génie civil, plusieurs collaborations existent entre des entreprises et l'UdeS, selon M. Gagné. « On travaille beaucoup avec des entreprises de construction qui veulent améliorer leurs techniques, avec des entreprises de production de béton qui veulent améliorer les propriétés du béton, la caractéristique environnementale, avoir des bétons plus verts (...) Il y en a constamment, quelques dizaines à chaque année. »

Ce type de partenariat est très encouragé par les organismes subventionnaires, comme le CRSNG.

« La particularité de ce projet-là, c'est que par un concours de circonstances, on a été capable de l'amener au niveau de la commercialisation en moins d'un an... en six mois. C'est rare! Des fois, la recherche, c'est sur une plus longue période... Quand on atteint 50 %, 60 % des objectifs, on est content. Là, on a atteint 100 % des objectifs. Ce n'est pas toujours comme ça... En moins d'une année, l'entreprise arrive avec un nouveau produit qu'il commercialise et dont la demande est déjà là », commente M. Gagné.

Premier Jet existe depuis 2007 et compte trois employés. Elle propose des services spécialisés de gravure sur pierre, s'adressant entre autres aux architectes et aux aménagistes.

« On réussit à répondre à une demande des architectes et à ceux qui montent des projets; il y avait déjà des solutions qui existaient, de l'insertion de métaux, bronze et de l'acier inoxydable, mais c'était des solutions coûteuses... Ce qu'on espérait, c'était de trouver une solution de remplissage des gravures mais à des coûts beaucoup moindres. (...) Une technique à base de béton, il n'y en avait pas; c'est la première », explique le président de Premier Jet, Pascal St-Pierre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer