• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Un pas de plus vers un spa nordique en bordure de la rivière Magog 

Un pas de plus vers un spa nordique en bordure de la rivière Magog

Il n'y a eu que très peu d'opposition au projet de spa nordique projeté en... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Il n'y a eu que très peu d'opposition au projet de spa nordique projeté en bordure de la rivière Magog, au pied du pont Jacques-Cartier, lors d'une consultation publique au conseil de l'arrondissement Mont-Bellevue. Le processus de changement de zonage, qui permettrait à Ström Spa d'acquérir un terrain appartenant à la Ville de Sherbrooke, à l'angle des rues Roy et Sainte-Thérèse, semble donc pouvoir se poursuivre.

Rappelons que Ström spa, une compagnie de L'Île-des-Soeurs, compte construire un complexe de 5 M$ sur un terrain qui doit être décontaminé. L'achat du terrain est conditionnel à un changement de zonage.

Les seules questions sont venues de Patrick Daloze, qui représentait l'Association des riverains et usagers de la rivière Magog (ARURM). « Ce n'est pas le projet de spa qui nous dérange, mais plutôt le processus faisant qu'un terrain appartenant à la Ville, donc aux citoyens, passe aux mains d'une société privée », explique-t-il.

« Si un autre promoteur convoite une autre portion de la rive, nous n'avons pas de garantie que la même chose ne se reproduira pas. Nous croyons que cette façon de faire crée un précédent et qu'un autre promoteur pourrait utiliser la même approche.

« Le projet entraîne la fermeture du seul débarcadère public entre le barrage Drummond et le barrage de la Paton. Un accès doit être maintenu, ne serait-ce que pour les services de la sécurité civile. Or des critères doivent être considérés pour sa relocalisation, dont un courant négligeable ainsi qu'une profondeur d'eau adéquate. Nous ne voudrions pas que la relocalisation entraîne la perte d'un boisé ou d'une bande riveraine, crée des conflits entre les divers usages et activités nautiques », ajoute M. Daloze.

Le président de l'ARURM soulève la possibilité d'utiliser la rampe de mise à l'eau située au parc Jacques-Cartier. « Le problème, c'est qu'elle n'est pas accessible pendant la Fête du lac des Nations. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer