Caoutchouc: une nouvelle formation offerte à Magog

Le ministre de l'Emploi et de la Solidarité... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, a fait escale au CIFI de Magog jeudi pour annoncer la création d'une nouvelle formation. On l'aperçoit ici en compagnie du député d'Orford, Pierre Reid, et du président de la Commission scolaire des Sommets, Jean-Philippe Bachand.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Le Centre intégré de formation industrielle (CIFI) de Magog propose depuis peu une nouvelle formation pour répondre à certains des besoins de main-d'oeuvre des entreprises du secteur du caoutchouc implantées en Estrie et en Montérégie.

Le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale du Québec, François Blais, était présent au CIFI de Magog jeudi pour participer à la conférence de presse lors de laquelle le nouveau programme de formation a été dévoilé.

Les élèves inscrits à la nouvelle formation en conduite et réglage de machines à mouler commenceront leur cours au CIFI le 16 février prochain. Ils seront en période d'apprentissage durant une quinzaine de mois, mais ne resteront pas toujours à l'école. Ils effectueront en effet des stages rémunérés en entreprise afin de parfaire leurs connaissances et développer leurs aptitudes.

Pour permettre la concrétisation de ce projet, Emploi-Québec a accordé une somme de 87 500 $. Le ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations du Québec a pour sa part alloué un montant de 4900 $.

François Blais a affirmé que le projet concrétisé par le CIFI lui « tient à coeur » parce que des travailleurs âgés, des immigrants, des bénéficiaires de l'aide sociale et des autochtones pourront éventuellement intégrer le marché du travail grâce à celui-ci.

« C'est aussi une réponse aux besoins de main-d'oeuvre des entreprises. On adapte ainsi la formation à la réalité des employeurs », a déclaré le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

M. Blais a ajouté que les stages permettront aux employeurs de « lever le risque à l'embauche ». En voyant les étudiants à l'oeuvre dans leur usine, ils auront une meilleure idée de leur potentiel.

La première cohorte

La première cohorte qui recevra la formation en conduite et réglage de machines à mouler sera formée de 22 étudiants. Lors de leurs stages, les élèves seront accueillis par six entreprises, dont American Biltrite, PPD ainsi que Waterville T.G.

Président de la Commission scolaire des Sommets, Jean-Philippe Bachand a dit espérer que ce projet, issu d'un partenariat avec le milieu industriel, encouragera des gens à « demeurer dans notre belle région ».

Coprésident du comité sectoriel de la main-d'oeuvre de l'industrie du caoutchouc, André Archambault a quant à lui salué les « efforts concertés de plusieurs acteurs » pour rendre possible ce projet. « Nous espérons que ça deviendra un exemple », a-t-il déclaré.

Entre autres, les entreprises Soucy Baron et Soucy Techno ont fait don d'équipements spécialisés pour que cette initiative se concrétise. Le département de kinésiologie de l'Université de Sherbrooke s'est également engagé à faire sa part pour améliorer les capacités physiques des étudiants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer