• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Nouveau commerce de cigarettes électroniques à Lac-Mégantic 

Nouveau commerce de cigarettes électroniques à Lac-Mégantic

Renée Therrien, propriétaire du nouveau commerce La Vape... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Renée Therrien, propriétaire du nouveau commerce La Vape du lac, est fière de son initiative qui lui amène de plus en plus de clients.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Un nouveau commerce vient d'être créé à Lac-Mégantic, La Vape du lac, un commerce relié au phénomène grandissant de la cigarette électronique. Sa propriétaire, Renée Therrien, est certaine que son produit répond à un réel besoin pour soulager les fumeurs assujettis aux servitudes de la cigarette conventionnelle.

« Ce n'est pas une question d'argent, mais plutôt une question de santé! » répète-t-elle.

Mais quand on considère le prix élevé des cigarettes, le fait que la version électronique coûte de cinq à huit fois moins cher n'est vraiment pas négligeable.

« Combien de personnes souhaitent arrêter de fumer mais s'en disent incapables? On ne parle pas ici des jeunes fumeurs qui suivent la mode ou qui veulent faire comme leurs amis. On vise plutôt les gros fumeurs d'expérience, que leur médecin exhorte à arrêter de fumer pour leur propre bien-être, car la cigarette demeure un facteur de risque pour l'apparition de différentes maladies », ajoute Mme Therrien.

Née à Frontenac, elle est revenue à Lac-Mégantic pour y vivre une deuxième carrière, celle de commerçante, à l'âge où d'aucuns vivent une préretraite.

« Après 33 ans à Laval, je voulais revenir à Lac-Mégantic et je me demandais ce que j'allais pouvoir faire. Qu'est-ce qui manquait ici, au niveau commercial? Mon conjoint Richard se faisait demander où il avait pris sa cigarette électronique... Les gens ici allaient à Sherbrooke ou à Saint-Georges pour en acheter. Nous avons pensé que ce serait une bonne idée de commerce à ouvrir! » raconte la femme d'affaires.

Elle avoue recevoir d'excellents commentaires de la part de plusieurs de ses clients. « Nous n'avons pas le droit de dire autre chose qu'il s'agit d'une bonne alternative au tabac. Nous pouvons répondre aux questions, aussi, car beaucoup de clients viennent s'informer... Plusieurs médecins sont aujourd'hui en faveur de la cigarette électronique... La cigarette conventionnelle, pour eux, c'est une maladie chronique. »

Elle ajoute également que la nicotine en elle-même n'est pas déplorable, elle ne fait que créer la dépendance. C'est la combustion du tabac qui est nocive.

« L'embout de la cigarette conventionnelle brûle à 260 degrés Celsius, un feu virulent qui libère 4000 substances, dont 70 sont cancérigènes... Les gouvernements hésitent à légiférer, en ce qui concerne la cigarette électronique, car ils ont peur de perdre beaucoup d'argent en taxes perçues actuellement sur les produits du tabac! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer