Victoriaville aura son écoquartier

Gilles Lafontaine... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Gilles Lafontaine

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Après avoir jeté les bases de son écoparc industriel, la Ville de Victoriaville vient de lancer un appel d'offres visant l'aménagement d'un premier écoquartier sur son territoire. On désire voir naître ce nouveau projet sur les 9650 mètres carrés (103 947 pieds carrés) de terrain laissés vacants par le déménagement de Sel Warwick dans le quartier Pie X.

«On a démoli le bâtiment et on est fin prêt à procéder à la création d'un écoquartier à Victoriaville, annonce le président de la Corporation d'initiative industrielle de Victoriaville (CIIV), Gilles Lafontaine. Nous voulons d'un projet durable économiquement, écologiquement et socialement».

Le site est particulièrement intéressant du fait qu'il se trouve au beau milieu d'un quartier industriel, à deux pas d'une école primaire et à moins d'un kilomètre du Collège Clarétain et du centre-ville. Dans un contexte où les terrains vacants sont de plus en plus rares, on s'attend à recevoir plusieurs offres fort intéressantes d'entrepreneurs de la région et de l'extérieur.

«On sait déjà qu'il y a des gens intéressés. On est d'avis qu'il s'agit d'un site exceptionnel et d'une occasion unique de densifier notre zone blanche afin d'éviter d'empiéter sur nos zones vertes. C'est important dans un contexte où Victoriaville ne cesse de se développer tant démographiquement qu'économiquement», ajoute le président.

Un prix de basede 560 000 $

Les promoteurs ont jusqu'au 15 avril pour soumettre leur projet à la Ville. Victoriaville se réserve le droit d'accepter une seule offre ou de morceler le lot si elle juge cette option appropriée. Les projets seront notés en fonction de 22 critères établis lors de séances de consultations publiques. Ils vont de la qualité de l'architecture à l'aspect intergénérationnel en passant par son aménagement paysagé.

Chose certaine, les nouvelles constructions devront être conformes aux normes de Victoriaville habitations durables et elles seront assujetties à des subventions pouvant aller jusqu'à 25 000 $ par bâtiment pour un immeuble multilogements.

Le prix de base pour le terrain libre de contaminants a été fixé à 560 000 $. Évidemment, un promoteur qui fera monter les enchères obtiendra plus de points au moment d'évaluer les dossiers.

Des inquiétudes

Le projet sème évidemment des inquiétudes dans le quartier où nombre de résidents sont en place depuis plusieurs dizaines d'années. On craint entre autres que les nouvelles constructions nuisent à la visibilité et soient une source d'ombrage. À ce sujet, M. Lafontaine est catégorique. La réglementation actuelle ne permet pas plus de deux étages et il faudra que le projet soit hautement respectueux du voisinage pour qu'on en permette un troisième.

«Il y a des bâtiments de trois étages qui sont moins intrusifs que d'autres de deux, dépendamment de la conception», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer