Et si Target quittait le Carrefour de l'Estrie?

Quel serait l'impact pour le Carrefour de l'Estrie si Target décidait de... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Quel serait l'impact pour le Carrefour de l'Estrie si Target décidait de quitter le marché canadien dans la prochaine année, une hypothèse soulevée récemment par un analyste financier de Belus Capital Advisors?

Le gestionnaire et copropriétaire du centre commercial, Ivanhoé Cambridge, refuse de commenter cette hypothèse.

Ouvert depuis novembre 2013, le magasin Target occupe une superficie de 124 000 pieds carrés soit 11 pour cent de la superficie totale du centre commercial de la rue Portland qui représente 1,1M de pieds carrés.

Le Target a remplacé le magasin Zellers fermé en 2012. L'implantation de Target et le réaménagement complet de l'aire de restauration avaient nécessité des investissements importants. Target a souvent parlé d'un investissement moyen de 10M$ par Zellers transformé. Le Carrefour de l'Estrie avait, pour sa part, investi au-delà de 5M$ pour réaménager la foire alimentaire située près de Target.

Dans un billet de blogue publié la fin de semaine dernière, Brian Sozzi, de Belus Capital Advisors, écrit qu'il s'attend à ce que le nouveau PDG de Target prenne une décision majeure d'ici le 25 février, soit avant la fin du premier trimestre. Dans ce même billet, M. Sozzi souligne que les opérations canadiennes de Target sont minimes et déficitaires puisqu'elles représentent des pertes de 2,1 milliards de dollars US.

Target pourrait vendre certaines succursales à Walmart, qui voit le Canada comme un marché à dominer, avance M. Sozzi. Bien sûr, il s'agit de spéculation, mais ses hypothèses sont fondées: M. Sozzi note que le nouveau PDG de Target, Brian Cornell, est un ancien de Walmart, ayant servi comme directeur général de la chaîne Sam's Club.

M. Sozzi n'est pas le seul analyste à penser que Walmart a un oeil sur les succursales de Target Canada. Il s'agit de l'acheteur le plus «logique» pour les boutiques canadiennes, écrit Nelson Smith du Motley Fool.

Encore une fois, le gestionnaire du Carrefour de l'Estrie, Ivanhoé Cambridge, n'émet aucun commentaire sur la probabilité ou non que Walmart s'installe dans le centre commercial de la rue Portland alors que l'entreprise a déjà une succursale sur le plateau Saint-Joseph.

Rappelons que l'année 2013 avait pourtant été «l'année Target» dans le secteur de la vente au détail. Target avait alors fait la plus importante entrée au Canada de tous les temps avec l'ouverture de 124 magasins en neuf mois. Un énorme investissement qui n'était pas passé inaperçu.

En raison de ses prix jugés supérieurs à ceux de Walmart et plus élevés qu'aux États-Unis, Target avait ensuite essuyé de nombreuses critiques. Les clients n'avaient pas manqué, non plus, de remarquer les tablettes vides.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer