• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Un temps des Fêtes moins achalandé qu'en 2013 pour les hôteliers 

Un temps des Fêtes moins achalandé qu'en 2013 pour les hôteliers

Le temps des Fêtes aura été moins fort... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Le temps des Fêtes aura été moins fort cette année qu'en 2013 pour plusieurs hôteliers sherbrookois. C'est notamment le cas du Quality Hotel & Suites, qui avait accueilli plus de visiteurs qu'à l'habitude l'an dernier en raison du verglas. Sur la photo, on aperçoit la préposée à la réception, Alexandra Cyr-Rondeau.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le temps des Fêtes aura été moins fort cette année qu'en 2013 pour plusieurs hôteliers sherbrookois. L'an dernier, le verglas qui avait touché une bonne partie de la région avait eu comme effet collatéral de faire augmenter l'achalandage dans les établissements d'hébergement.

« C'est difficile de comparer cette année à l'an passé, à cause de la crise du verglas. Les gens d'Hydro-Québec avaient été obligés de prendre des chambres d'hôtel », affirme Amin Louahadj, directeur du Quality Hotel & Suites à Sherbrooke.

Celui-ci mentionne toutefois que 2014 était comparable à 2012. « Ce n'était pas si rempli que ça », souligne-t-il.

Même son de cloche du côté de l'hôtel-motel Le Floral. « C'était à peu près comme l'an passé, sauf que l'an passé, il y avait eu des dégâts avec le verglas, et ça nous avait amené beaucoup de clients donc c'était un peu moins fort cette année », mentionne le propriétaire Marc Dumas. Il s'agissait donc plutôt d'une fin d'année « normale » pour lui.

« Normal » et « comparable aux autres années » étaient d'ailleurs des termes qui revenaient souvent en fin de semaine lorsqu'on demandait aux hôteliers un bilan du temps des Fêtes. Le Times, l'hôtellerie Jardins de ville et l'hôtel-motel La Marquise avaient notamment eu une saison dans la moyenne.

Les Fêtes ont toutefois été un peu plus fortes que normalement au Comfort Inn, souligne la directrice adjointe Carina-Julie Brenneman. « C'étaient pas mal des familles, qui réservaient trois ou quatre chambres au même nom. On a eu des gens de party aussi qui sont arrivés dans la soirée même sans faire de réservation. »

Il semble que la période des Fêtes n'amène pas énormément de monde dans les hôtels sherbrookois année après année.

Au motel Lennoxville, situé tout près de l'Université Bishop's, c'est pendant les sessions scolaires que la clientèle afflue.

« Ça tombe tranquille dans le temps des Fêtes, nous, on n'a pas une clientèle touristique. C'est surtout quand Université Bishop's repart, là ça recommence, on héberge des travailleurs, des parents, des gens qui viennent assister à des activités... » explique le propriétaire et conseiller municipal Claude Charron.

Malgré nos appels, il n'a pas été possible d'obtenir de commentaires en fin de semaine de la part de représentants du Delta, du Président, de l'hôtel Wellington ni du motel La Paysanne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer