Roy Livraison : croissance monstre anticipée en 2015

Le nouveau service que Roy Livraison proposera à... (IMACOM, René Marquis)

Agrandir

Le nouveau service que Roy Livraison proposera à ses clients à compter de cette année pourrait faire passer le chiffre d'affaires de l'entreprise de 55 M$ à 200 M$, estime le vice-président de la compagnie sherbrookoise, Mario Bourque.

IMACOM, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La compagnie sherbrookoise Roy Livraison a de hautes ambitions pour 2015 : faire passer son chiffre d'affaires de 55 M$ à 200 M$, rien de moins.

L'entreprise, qui livre à domicile des meubles et électroménagers pour des clients tels que Sears, Brault & Martineau, Future Shop ou encore Brick, proposera à compter de cette année un service qui vise à réorganiser la chaîne de livraison pour la rendre plus efficace. La méthode permettrait tout particulièrement d'éliminer les centres de distribution, ces entrepôts où sont entassés les appareils après leur sortie du manufacturier, avant qu'ils soient acheminés aux clients.

«Ce qu'on a développé pourra aider les détaillants à compétitionner les Amazon de ce monde», affirme le vice-président et cofondateur de l'entreprise, Mario Bourque. La part de marché du web est encore relativement faible dans le domaine des meubles et électroménagers, mais elle doublerait chaque année, ce qui en fait une préoccupation pour les acteurs du secteur.

C'est grâce au logiciel Clear Destination qui sera lancé en 2015 (et dont Roy Livraison aura l'exclusivité au Canada) que les détaillants pourront, lorsqu'un client se présentera en magasin, effectuer une commande directement au manufacturier. Celle-ci sera ensuite acheminée directement dans un point de service de Roy Livraison - la chaîne compte des succursales un peu partout à travers le pays, du Manitoba à Terre-Neuve -, et dirigée vers le client, tout cela, sans jamais transiter par un centre de distribution comme c'était le cas auparavant.

Le non-recours à ces centres permettra des économies fort importantes pour les détaillants, souligne M. Bourque. «Ils vont gagner beaucoup. Les entrepôts à Montréal sont très gros, et il y a de la main-d'oeuvre qui y travaille. Les risques de bris sont aussi plus grands lorsque l'on ajoute des intermédiaires», explique-t-il.

Le système permettra également au détaillant et au client de savoir en tout temps où le meuble ou l'électroménager commandé est rendu.

Trois détaillants auraient déjà manifesté leur intérêt par rapport à Clear Destination. Une fois que le logiciel sera adopté, les autres n'auront pas le choix d'emboîter le pas vu l'efficacité de la méthode, prédit M. Bourque.

Un système bien rodé

Roy Livraison effectue 850 000 livraisons chaque année à travers le Canada; il faut évidemment que le système soit bien rodé pour que le tout se fasse sans encombre.

L'année 2010 a été charnière pour la compagnie, alors que chaque livreur a été doté d'une petite machine portable qui lui indique l'itinéraire de ses livraisons de la journée, en lui proposant évidemment le trajet le plus efficace pour se rendre d'une porte à l'autre. L'appareil peut également prendre des photos - qui permettent de documenter les bris ou de prouver au client que le livreur est bien passé au domicile -, et permet de signaler toute anomalie rapidement à la centrale de contrôle. Un appel automatisé entre chez le client 10 minutes après la livraison, pour savoir si celui-ci est satisfait. «Et les détaillants avec qui on fait affaire ont accès à toutes ces informations. On épargne énormément de temps d'appel pour savoir ce qui s'est passé sur telle ou telle livraison; le système nous dit tout», soutient M. Bourque.

«Mais ce qui fait notre succès... Avoir le système informatique c'est une affaire, mais ça prend de la passion, et on l'a. On a aussi de bons partenaires, plus jeunes, qui vont être notre relève et qui ont des actions dans la compagnie», souligne le vice-président.

Roy Livraison ne possède aucun camion; tous les livreurs avec qui elle fait affaire sont des sous-traitants. «Ça rend nos gens responsables. Ils veulent garder leur camion en bon ordre, c'est leur responsabilité s'ils brisent par exemple le plancher du client en effectuant une livraison... Et en échange, ils sont bien rémunérés. Quand les gens arrivent chez nous, ils ne repartent plus!»

La compagnie, dont le siège social est situé sur la rue Pépin à Sherbrooke, veille aussi à recycler le carton, le plastique et le styromousse qui constituent les emballages des produits qu'ils livrent.

L'entreprise a été cofondée en 1998 par M. Bourque et Claude Boilard, qui est aujourd'hui président.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer