Selon Desjardins, l'Estrie prendra du mieux en 2015

À l'instar du Québec, l'économie estrienne reprend du mieux en 2014 et la... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) À l'instar du Québec, l'économie estrienne reprend du mieux en 2014 et la croissance devrait même se raffermir l'an prochain. Toutefois, l'augmentation attendue du PIB nominal de la région demeurera quelque peu inférieure à celui de la province au cours de cette période.

C'est ce que révèle Desjardins dans son étude régionale de décembre 2014 que La Tribune a obtenue en exclusivité.

Le marché du travail, toutefois, ne s'améliora pas. À la suite du sommet atteint en 2013, l'emploi a diminué depuis le début de 2014, soit d'environ 2 % de janvier à septembre en regard de la période équivalente de 2013. De son côté, le taux de chômage a progressé pour atteindre 7,1% (moyenne des trois premiers trimestres de 2014), mais il est toutefois demeuré en deçà de celui de la province (7,8%). Pour 2015, un rebond de l'emploi est attendu et le taux de chômage estrien devrait diminuer.

Dans l'ensemble, quelques gains d'emploi sont attendus dans l'agriculture et dans l'industrie agroalimentaire cette année et l'an prochain. Autre point, d'ici 2016, 645 nouvelles places en garderie subventionnée seront ajoutées dans la région, ce qui représente une création potentielle de 72 emplois.

À la faveur d'une économie mondiale plus robuste en 2015, surtout aux États-Unis, et d'un huard qui continuera d'évoluer sous la parité, les industries forestières et manufacturières estriennes devraient afficher une meilleure performance. L'expansion du secteur des services devrait se poursuivre, soutenue notamment par une population en croissance.

Démographie

Selon les nouvelles perspectives d'accroissement démographique de l'Institut de la statistique du Québec, la population en Estrie est appelée à croître à un rythme plus rapide au cours des prochaines années que celui anticipé lors du scénario réalisé en 2009. Par contre, la hausse estimée pour la région de 2011 à 2036 (+13%) demeurera inférieure à celle de la moyenne québécoise (+17%). À l'horizon de 2036, la population estrienne atteindra 353 007 personnes, soit 4 % du Québec (9 394 684 personnes).

De 2011 à 2036, c'est la migration qui sera le principal facteur de croissance démographique sur le plan régional. Cela sera davantage attribuable à l'apport de la migration internationale, dont le solde annuel moyen avoisinera environ 1050 personnes. Un gain de 530 personnes est estimé du côté interrégional, alors qu'une perte de 247 personnes est attendue du côté interprovincial. Par ailleurs, le bilan de l'accroissement naturel deviendra négatif à compter de 2027 puisque le nombre de décès surpassera celui des naissances.

Marché de l'habitation

Toujours selon l'étude de Desjardins, les mises en chantier sont en diminution en Estrie depuis le début de 2014, soit de 8,7 % de janvier à septembre en regard des neuf premiers mois de 2013. Les transactions sur le marché de la revente de maisons existantes ont fléchi de 0,8 % au cours de cette période. Pour 2015, ces deux marchés afficheront davantage de vigueur. Toutefois, la situation de surplus qui ne cesse de s'accentuer dans la région modère la hausse du prix de vente moyen depuis le début de l'année. Celui-ci a d'ailleurs faiblement progressé de janvier à septembre, soit de 0,7 %, en regard de la période équivalente en 2013.

L'accès à la propriété s'est grandement amélioré dans la RMR de Sherbrooke depuis le début de l'année. Bien que le revenu personnel disponible ait quelque peu progressé, c'est essentiellement le repli du prix de vente moyen combiné à la baisse des taux hypothécaires qui ont eu un effet positif sur l'indice d'abordabilité Desjardins. Néanmoins, comme les revenus des ménages demeurent faibles en regard du prix des propriétés, le marché de la région est toujours considéré comme étant peu abordable d'un point de vue historique.

Distinctions

Autre bonne nouvelle, Sherbrooke s'est classée parmi les 21 métropoles les plus intelligentes à travers le monde en 2015 (environ 400 candidatures ont été déposées), selon le classement d'Intelligent Community Forum. La ville s'est distinguée par son projet « Sherbrooke intelligente et innovante » incluant le plan numérique, le portail de données ouvertes et les initiatives hackathons.

De plus, selon le sondage American Cities of the Future 2013-2014 de fDi Intelligence, Sherbrooke est arrivée au 10e rang des villes de 100 000 à 350 000 habitants les plus prometteuses où faire des affaires (196 villes au total dans ce regroupement). Elle s'est notamment démarquée la facilité à démarrer ou opérer une entreprise sur son territoire et ses stratégies de promotion et d'attraction d'investissements étrangers.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer