• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > BRP connaît un meilleur 3e trimestre grâce aux ventes de motoneiges 

BRP connaît un meilleur 3e trimestre grâce aux ventes de motoneiges

Le fabricant des véhicules récréatifs Ski-Doo, Sea-Doo et Can-Am a connu un... (Photo fournie par BRP)

Agrandir

Photo fournie par BRP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Valcourt

Le fabricant des véhicules récréatifs Ski-Doo, Sea-Doo et Can-Am a connu un meilleur troisième trimestre grâce à la vigueur du dollar américain et de l'euro, mais le rouble plus faible pèse sur les résultats de la compagnie.

BRP (TSX:DOO), l'ancienne division des véhicules récréatifs de Bombardier, a indiqué que le chiffre d'affaires du trimestre s'étant terminé le 31 octobre dernier a augmenté de six pour cent pour se chiffrer à 918 millions $, un gain de 52 millions $ en comparaison avec l'an dernier. C'est toutefois moins que ce que les analystes prévoyaient.

Les fluctuations des devises sont responsables de 29 millions $ de l'augmentation. Le reste s'explique par de meilleures ventes de motoneiges et de pièces, accessoires et vêtements associés à la marque Ski-Doo.

La compagnie a enregistré 37,2 millions $ de bénéfice net et 71,9 millions $ de bénéfice net normalisé durant son troisième trimestre fiscal, des chiffres également plus bas que les prévisions des experts.

Toujours grâce aux meilleures ventes de motoneiges, le bénéfice net de BRP a augmenté de 22 pour cent par rapport aux 48,2 millions $ du troisième trimestre de l'an dernier, ce qui a donné lieu à un bénéfice normalisé dilué par action de 60 cents, une hausse de 10 cents par rapport à la même période l'an dernier.

BRP a expliqué que la faiblesse de l'unité monétaire russe réduira la croissance de revenus et les bénéfices normalisés par action. La compagnie estime maintenant que son bénéfice net normalisé augmentera de quatre à 11 pour cent, une baisse par rapport aux 10 à 17 pour cent du même trimestre l'an dernier, alors que la fourchette de revenus a baissé de deux pour cent, la croissance se situant désormais entre 10 et 14 pour cent.

«Nous avons signalé un enjeu avec la valeur de la devise Russe plus tôt cette année, et la situation s'est détériorée de façon significative depuis la fin octobre avec une chute marquée du rouble. Le coût des produits d'importation en Russie a donc augmenté, ce qui nuit aux ventes au détail de notre distributeur. Puisqu'il ne reste que six semaines avant la fin de l'année financière 2015, nous ajustons nos perspectives en fonction des répercussions financières potentielles», a expliqué José Boisjoli, président et chef de la direction, par voie de communiqué. Je suis néanmoins satisfait de nos résultats puisque les facteurs clés de nos perspectives antérieures demeurent inchangés, ce qui en dit long sur la qualité de notre exécution.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer