• La Tribune > 
  • Affaires 
  • > Un projet de 22 M $ sur le site de l'aéroport de Sherbrooke 

Un projet de 22 M $ sur le site de l'aéroport de Sherbrooke

Le CLD du Haut-Saint-François et Sherbrooke Innopole veulent convaincre les... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Le CLD du Haut-Saint-François et Sherbrooke Innopole veulent convaincre les gouvernements provincial et fédéral d'investir dans un Centre d'excellence en sûreté aéroportuaire qui serait aménagé sur le site de l'aéroport de Sherbrooke.

Le projet évalué à 22 millions $ serait unique en Amérique du Nord. Il servirait bien la relance de l'aéroport puisqu'on y formerait du personnel de l'industrie de partout au pays.

« Ça demanderait une implication importante des deux paliers de gouvernement, mais comme la sécurité aéroportuaire est une préoccupation grandissante, nous sommes confiants d'arriver à les convaincre », a expliqué Bernard Ricard, directeur adjoint au CLD du Haut-Saint-François et porteur du dossier.

Des partenaires privés seraient également mis à contribution.

M. Ricard n'a pas voulu élaborer sur le projet de crainte de nuire à sa concrétisation. Car même s'il ne connaît aucun autre promoteur pressenti à l'heure actuelle, il précise que ce centre de formation pourrait être mis sur pied dans d'autres aéroports au pays.

Les autres partenaires contactés par La Tribune, dont le cabinet du maire de Sherbrooke, Sherbrooke Innopole et la Chambre de commerce de Sherbrooke, ont tous dirigé les demandes d'entrevues vers M. Ricard.

Selon des informations qui ont filtré dans un média sherbrookois, le plan d'affaires fait état d'un bâtiment de 5000 pieds carrés destiné à la simulation d'incendie, aux mesures de sauvetage lors d'écrasement d'avion et à la simulation de prise d'otage, de tireur embusqué ou d'alerte à la bombe.

Ce type de centre de formation existe actuellement en Europe et aux États-Unis.

Toujours selon ce qui a été rapporté dans cet autre média, l'Armée canadienne, l'Université de Sherbrooke et le CHUS auraient montré de l'intérêt à utiliser de telles installations.

À sa séance régulière du 29 octobre dernier, la Conférence régionale des élus de l'Estrie a accepté de débloquer 75 000 $ pour le « démarrage du Centre d'excellence en sûreté aéroportuaire ».

« Les experts autour du projet pensent que ç'a beaucoup de potentiel et que ça peut fonctionner », a dit son président, Jacques Demers, en rappelant que la Conférence régionale des élus a aussi investi 100 000 $ en 2012 pour une étude sur les opportunités de développement autour de l'aéroport de Sherbrooke. « C'est toujours un risque d'engager des sommes d'argent dans des projets régionaux, mais il faut en prendre pour faire du développement », a-t-il ajouté.

La Ville de Sherbrooke bataille fort depuis plus d'un an afin d'obtenir une désignation du gouvernement fédéral qui lui permettrait de rétablir des liaisons commerciales basées à l'aéroport de Sherbrooke.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer