Jean-Guy Lachance reprend confiance

Jean-Guy Lachance... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Jean-Guy Lachance

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'homme d'affaires Jean-Guy Lachance, propriétaire de Lachance Chasse et Pêche, se dit confiant en l'avenir à la suite de l'assemblée de ses créanciers tenue mardi après-midi.

Ces derniers ont accepté à 87 pour cent la proposition de règlement qui leur a été soumis. « Je suis très satisfait », lance-t-il au bout du fil.

« Nous continuons en affaires. Nous ne sommes pas en faillite. C'est le message que je veux dire aux gens. Nous allons corriger le tir et on relance le magasin. »

La Tribune révélait il y a deux semaines que Lachance Chasse et Pêche avait déposé une proposition commerciale au Bureau du surintendant des faillites du Canada.

L'assemblée des créanciers d'hier devait décider de l'avenir sur magasin bien connu situé sur la rue King Est.

«Mon père est décédé il y a deux mois. Il n'était pas au courant des difficultés de mon commerce. Avant de mourir, il m'a dit de ne pas lâcher. C'est ce que j'ai fait...»


Lachance Chasse et Pêche est demeuré ouvert pendant le déroulement de ces procédures.

Le dossier déposé au Bureau du surintendant des faillites montrait un passif de 925 478 $ et un actif de 736 000 $, soit un déficit de 189 478 $.

Les quatre plus importants créanciers de Lachance Chasse et Pêche étaient Côté-Réco inc. (200 000 $), 9205-5300 Québec inc. (142 600 $), Caisse Desjardins du Nord de Sherbrooke (130 000 $) et Pêche Sport le Distributeur (100 000 $). La valeur de l'inventaire, soit 700 000 $, représente presque la totalité de la valeur de l'actif.

M. Lachance ne pouvait dire mardi qu'elle était la proposition faite aux créanciers, c'est-à-dire combien de sous ils auront pour chacun des dollars en souffrance. Au syndic François Huot, on mentionne que cette information est confidentielle.

« C'est certain que les créanciers auraient aimé avoir 100 pour cent de leur dollar, mais ça ne fonctionne pas comme ça malheureusement », reprend M. Lachance.

« Quand les difficultés ont été connues, j'ai appelé presque tous mes fournisseurs. Ça fait 28 ans que je suis en affaires. Mes fournisseurs ont fait de l'argent en faisant affaire avec moi et ils vont en faire encore. Si j'ai pris cette décision, c'est que je veux rester en affaires. »

Jean-Guy Lachance dit avoir passé des moments difficiles au cours des dernières semaines. « Ce n'est pas facile ce qu'on a vécu », avoue-t-il.

« Heureusement, j'ai eu des encouragements de ma famille et de mes amis. Mon père est décédé il y a deux mois. Il n'était pas au courant des difficultés de mon commerce. Avant de mourir, il m'a dit de ne pas lâcher. C'est ce que j'ai fait... »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer