Web: Sherbrooke est «poche», mais il y a de l'espoir

« Vous êtes poches. Mais il y a de l'espoir. Comme vous êtes poches, vous... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) « Vous êtes poches. Mais il y a de l'espoir. Comme vous êtes poches, vous pouvez apprendre des erreurs et succès des autres. On s'entend, vous n'innoverez pas tout de suite, mais faites juste vous mettre à niveau et ce sera ça de gagné », a lancé la conférencière Michelle Blanc, mardi, aux gens d'affaires de la région qui s'étaient déplacés au Delta pour la deuxième édition des Rendez-vous du commerce qui se déroulait sous le thème Augmentez vos ventes grâce à internet.

Lorsque la conférencière au franc-parler a traité la foule d'environ 150 personnes de « poche », elle faisait référence à la faible présence des commerçants sherbrookois sur internet. Effectivement, seulement 45 % des commerces de la ville seraient présents sur le net alors que la moyenne provinciale est de 65 %.

« Chaque mois, entre 40 et 60 % de l'argent dépensé en ligne par les Québécois sort des frontières du pays. On est en train de perdre notre économie! Si on prend strictement le commerce de détail, ce sont 17 % des dépenses qui sont faites en ligne. Es-tu capable de cracher sur 17 % de ton chiffre d'affaires? » a demandé Mme Blanc ajoutant que le commerce électronique représente 22 milliards au Canada avec une croissance annuelle de 10 %.

Un réseau de beaux-frères

La présence des entreprises sur internet est d'autant plus cruciale que le pouvoir est passé, au fil des ans, des manufacturiers aux détaillants, puis des détaillants aux consommateurs. La preuve est qu'environ 65 % des gens demandent l'avis des internautes avant de se rendre dans un commerce.

« Si vous voulez vous acheter une voiture, est-ce que c'est l'avis du manufacturier, du concessionnaire, du garagiste ou du journaliste automobile qui compte? Non, il est démontré que c'est l'avis de votre beau-frère qui a le plus d'influence sur votre décision et les réseaux sociaux, c'est un réseau mondial de beaux-frères », relate Michelle Blanc.

«Le web est un médium textuel alors chiez du texte sur une base régulière! Ce qui a été mis en ligne il y a quatre ans est moins pertinent que ce qui l'a été ce matin.»


L'expérience a appris à la conférencière que trois critères sont importants quant aux sites internet des entreprises : leur architecture doit permettre au moteur de recherche de faire sa job; la présence d'hyperliens agissant comme des votes de confiance et l'ajout de beaucoup de contenu textuel. « Pourquoi le contenu textuel? Ce que le monde cherche et trouve sur le net, ce sont des mots. Par exemple, si vous mettez en ligne une photo, c'est complètement invisible pour le moteur de recherche. Surtout si votre photo s'appelle 123.jpg. Idéalement, tu donnes au fichier un nom qui a du sens et tu le contextualises », explique la conférencière.

« Le web est un médium textuel alors chiez du texte sur une base régulière! Ce qui a été mis en ligne il y a quatre ans est moins pertinent que ce qui l'a été ce matin », insiste Mme Blanc.

Pour ce qui est de la nature du contenu, le traditionnel « mot du président » ou « la mission de l'entreprise » seraient moins pertinents que le besoin qui est comblé par les produits ou services de l'entreprise.

« Celui qui me dit qu'il sort premier en tapant son nom sur le net, je lui dis bravo, mais les gens qui cherchent ton nom te connaissent déjà! Est-ce que c'est des nouveaux clients que tu cherches? » demande en riant la conférencière.

Plusieurs médias sociaux permettent d'augmenter sa présence sur le net : Facebook, LinkedIn, Twitter, YouTube, Pinterest, Yelp. Mais le meilleur moyen d'être visible sur la toile est le blogue, selon la conférencière.

« Ajoutez un blogue à votre site et le trafic augmentera. Un site doit être vivant et diversifié. Il doit captiver sans capturer l'internaute alors n'ayez pas peur de l'envoyer sur d'autres sites. S'il trouve cela intéressant, il va revenir », conseille Mme Blanc donnant pour exemple Lululemon qui ne parle pas « de ses pantalons de sport dispendieux » sur son blogue mais de yoga, de nutrition et de croissance personnelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer