Une reprise pour Structure BRL?

Il est possible que le dossier de Structure d'acier BRL de Drummondville ne... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Il est possible que le dossier de Structure d'acier BRL de Drummondville ne soit pas complètement clos. Selon une information obtenue par La Tribune, au moins une des offres déposées à Raymond Chabot, firme mandatée pour liquider les actifs de l'usine de la rue Bergeron, vise la relance des activités de l'entreprise.

Reste à savoir si cette offre sera privilégiée et si les modalités seront conformes. La décision finale devra être entérinée par le Tribunal.

Rappelons que cette entreprise, pourtant perçue comme un fleuron de l'économie drummondvilloise au cours des dernières années, s'est mise sous la Loi de la protection des créanciers en septembre dernier, quelques mois à peine après avoir annoncé la construction d'une nouvelle usine de 4460 mètres carrés (48 000 pieds carrés) à proximité des autoroutes 20 et 55.

L'usine compte huit ponts roulants, ainsi qu'un mur solaire visant à limiter les coûts d'électricité et de chauffage. L'entreprise dispose également d'une usine à Saint-Germain-de-Grantham. Les biens et bâtiments appartenant à l'entreprise spécialisée dans la conception, la fabrication et l'installation de structures d'acier sont évalués à plus de 7,3 millions $.

Selon les documents émis par le syndic, Structure BRL devait composer avec une dette totale de 5,7 millions $ au moment de cesser ses activités. Ses plus importants créanciers sont la Banque Royale du Canada (1,5 million $), Investissement Québec (1,4 million $), ainsi que Desjardins Capital de risque (347 000 $).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer