Querelle politique autour du projet de minimaisons

Danielle Berthold et Pascal Cyr... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Danielle Berthold et Pascal Cyr

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Crédit photo : Spectre média : Jessica GarneauJournaliste : Cut Simon Roberge
Simon Roberge
La Tribune

(Sherbrooke) Une ambiance électorale régnait dans le district Desranleau en fin de semaine. La conseillère Danielle Berthold reproche au candidat aux prochaines élections Pascal Cyr et à l'excavateur Pierre Lacharité de donner de l'information incomplète aux citoyens du secteur Virginie-Laflamme concernant le projet du Petit Quartier.

« C'est malheureux et je ne vois pas pourquoi ils font cela, admet-elle. Ils n'ont pas toute l'information. Ils n'ont pas l'information pour les taxes et à ce que je sache ils n'ont pas tous les plans de construction non plus. Quant à moi, c'est une querelle politique plus qu'autre chose. »

« Je suis venu faire du porte-à-porte pour donner quelques détails aux gens, mentionne l'instigateur du projet Richard Painchaud. Plusieurs m'ont dit que deux personnes étaient passées avant moi pour leur dire de l'information contradictoire. C'est malsain et malhonnête. Ils disaient aux gens qu'on allait construire les maisons dans leur cour alors que ce n'est pas le cas. »

«Les citoyens ont le droit de poser des questions. Certaines personnes dans ce dossier l'ont oublié.»


Pascal Cyr et Pierre Lacharité se défendent bien d'avoir donné de l'information fausse ou incomplète aux citoyens.

« Ce n'est pas vrai, lance d'emblée Pascal Cyr. Les citoyens ont le droit de poser des questions et je crois que certaines personnes dans ce dossier l'ont oublié. Plusieurs ont la crainte légitime de voir leur maison être dévaluée. J'ai appelé deux agents d'immeubles et les deux m'ont dit que les maisons à proximité du développement subiront une dévaluation. »

« Ce n'est pas le cas du tout, la Ville a confirmé qu'il n'y avait aucun lien », rétorque Richard Painchaud.

« Contrairement à ce que les gens peuvent penser, nos services ont fait des études qui prouvent que les maisons avoisinantes ne seront pas dévaluées », a assuré cette semaine Danielle Berthold. « La plus proche maison sur la rue Virginie-Laflamme sera à 50 mètres du quartier. »

« Je n'ai pas fait de désinformation et laissez-moi vous dire que plusieurs personnes dans le quartier ne sont pas d'accord avec le projet, explique pour sa part M. Lacharité. Ce n'est pas la place pour faire ce genre de projet. Les conseillers s'en foutent pas mal, ils ne vivent pas dans le quartier. Et pas besoin de chercher midi à 14 h, ces maisons vont changer de propriétaire tous les deux ou trois ans. Ce sera un va-et-vient constant. Les élus ne pensent pas à ça. On ne sait pas à quoi ça va ressembler dans cinq ans. »

Une rencontre d'information mardi

Avec l'incertitude qui règne autour de ce projet, une rencontre est prévue mardi pour remettre les pendules à l'heure.

« J'invite les citoyens à s'y présenter pour avoir l'heure juste, souligne Richard Painchaud.

Des lettres d'intention et un dépôt ont été reçus pour 72 des 73 mini-maisons pour l'instant. La livraison des premières habitations est prévue pour juin 2018. Le projet a franchi une étape importante en obtenant une première approbation du conseil municipal de Sherbrooke mardi soir.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer