La réparation de bateaux permise à Deauville

L'entretien de bateaux sera permis à l'intérieur de... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

L'entretien de bateaux sera permis à l'intérieur de ce bâtiment de la rue Nicol, dans le secteur de Deauville.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'entretien et l'entreposage de bateaux sur la rue Nicol, à Deauville, posent des inquiétudes auprès du voisinage. Le commerce Magog Marine cherche à obtenir une approbation d'usage conditionnel pour poursuivre ses activités.

Alors que le dossier faisait l'objet une résolution à la séance extraordinaire du conseil municipal, lundi midi, le citoyen Émile Jolin a manifesté son inquiétude. La demande initiale vise à permettre le commerce de bateaux, de moteurs hors-bord et d'accessoires pour bateaux, exclusivement pour l'entretien et l'entreposage, dans une zone résidentielle.

« Je ne suis pas d'accord avec l'entretien de bateaux à côté de ma résidence », a clamé M. Jolin, précisant qu'il craignait la poussière que pouvait générer cette activité. Il cherchait aussi à savoir comment la Ville parviendrait à faire respecter ses exigences pour limiter les inconvénients sur le voisinage.

La conseillère Diane Délisle précise que les « propriétaires n'auront pas le droit de faire du commerce. Ils pourront faire de la réparation de bateaux à l'intérieur du bâtiment. C'est une disposition qui existait déjà dans l'ancien règlement de zonage de Deauville. Ils pourront aussi faire de l'entreposage, mais nous serons soucieux des allers et venues. Au besoin, nous interdirons le stationnement avec remorques le long de la rue. Les propriétaires devront aussi installer une haie de cèdres assez haute pour entraver la vue ».

Mme Délisle insiste que ces droits acquis remontent à l'époque où Deauville n'avait pas encore fusionné avec Sherbrooke. « Nos services ont retrouvé des règlements qui permettaient la réparation de coques de bateaux à cet endroit. Il n'était pas spécifié que ça devait se faire à l'intérieur, alors nous l'avons ajouté. Ils ne pourront pas déranger le voisinage. Nos inspecteurs s'assurent de faire respecter le règlement, et s'il y a un problème, vous pourrez porter plainte et je ferai les vérifications. »

Dans le sommaire décisionnel publié par la Ville, l'entreposage devra s'effectuer uniquement à l'extérieur du périmètre urbain. L'accès à la propriété devra aussi être asphalté ou recouvert de matériaux granulaires qui n'occasionnent pas de poussière.

Le propriétaire de Magog Marine, Philip Biron, estime que ses activités n'importuneront pas ses voisins. « Je suis installé là depuis 2007 sur le terrain d'un ancien parc à ferraille. Nous sommes en droits acquis. Tout est conforme aux règles. Ce n'est pas un endroit où je peinture quatre ou cinq bateaux par semaine. Nous sommes tout le temps à l'intérieur, sauf pour l'entreposage. Nous sommes fermés l'hiver. Personne ne m'a approché avec des plaintes. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer