200 000$ pour recenser les trésors patrimoniaux sherbrookois

  • <strong>Église Plymouth Trinity </strong>Ce temple témoignant de l'influence du style néogrec dans la conception des lieux de culte au 19e siècle a été conçu par l'architecte montréalais d'origine allemande William Footner.  Il s'agirait d'un des plus beaux exemples de style néogrec en architecture religieuse au Québec. Cette église témoigne de l'importance des communautés originaires de la Nouvelle-Angleterre et de foi réformée dans le peuplement du sud du Québec. (Spectre Média, Jessica Garneau)

    Plein écran

    Église Plymouth Trinity Ce temple témoignant de l'influence du style néogrec dans la conception des lieux de culte au 19e siècle a été conçu par l'architecte montréalais d'origine allemande William Footner.  Il s'agirait d'un des plus beaux exemples de style néogrec en architecture religieuse au Québec. Cette église témoigne de l'importance des communautés originaires de la Nouvelle-Angleterre et de foi réformée dans le peuplement du sud du Québec.

    Spectre Média, Jessica Garneau

  • 1 / 5
  • <strong>Gare du CN (Siboire) </strong>L'arrivée du réseau de chemin de fer à Sherbrooke a marqué une étape décisive dans le développement de la ville. La ligne reliant Montréal et Portland, au Maine, a été réalisée entre 1845 et 1853. Si la première gare a été construite en 1852, elle a été remplacée par la gare actuelle en 1890. Cette dernière portait le nom d'Union Station. Son décor emprunte des éléments au... (Spectre Média, René Marquis)

    Plein écran

    Gare du CN (Siboire) L'arrivée du réseau de chemin de fer à Sherbrooke a marqué une étape décisive dans le développement de la ville. La ligne reliant Montréal et Portland, au Maine, a été réalisée entre 1845 et 1853. Si la première gare a été construite en 1852, elle a été remplacée par la gare actuelle en 1890. Cette dernière portait le nom d'Union Station. Son décor emprunte des éléments au...

    Spectre Média, René Marquis

  • 2 / 5
  • <strong>Centre culturel et du patrimoine Uplands</strong> Ce domaine établi par John Barney Paddon rappelle la vocation agricole de ce secteur de Lennoxville. Le Centre culturel et du patrimoine Uplands rappelle aussi la transformation du secteur en quartier résidentiel et institutionnel au 20e siècle. Du point de vue architectural, les bâtiments présentent des formes en vogue au 19e siècle. Par exemple, la résidence rappelle l'architecture britannique de l'époque georgienne. (Spectre Média, Stéphanie Vallières)

    Plein écran

    Centre culturel et du patrimoine Uplands Ce domaine établi par John Barney Paddon rappelle la vocation agricole de ce secteur de Lennoxville. Le Centre culturel et du patrimoine Uplands rappelle aussi la transformation du secteur en quartier résidentiel et institutionnel au 20e siècle. Du point de vue architectural, les bâtiments présentent des formes en vogue au 19e siècle. Par exemple, la résidence rappelle l'architecture britannique de l'époque georgienne.

    Spectre Média, Stéphanie Vallières

  • 3 / 5
  • <strong>Parc du Domaine-Howard </strong>Le parc du Domaine-Howard et ses composantes présentent un grand intérêt en raison de l'intégrité du site. Le site a conservé pratiquement la superficie, la délimitation et son aspect d'origine. La situation géographique du parc, au centre du quartier du Vieux-Nord, revêt aussi une grande importance. Il a été le lieu de résidence de Charles Benjamin Howard, député fédéral, maire de Sherbrooke et sénateur. (Spectre Média, Stéphanie Vallières)

    Plein écran

    Parc du Domaine-Howard Le parc du Domaine-Howard et ses composantes présentent un grand intérêt en raison de l'intégrité du site. Le site a conservé pratiquement la superficie, la délimitation et son aspect d'origine. La situation géographique du parc, au centre du quartier du Vieux-Nord, revêt aussi une grande importance. Il a été le lieu de résidence de Charles Benjamin Howard, député fédéral, maire de Sherbrooke et sénateur.

    Spectre Média, Stéphanie Vallières

  • 4 / 5
  • <strong>Hôtel de ville de Sherbrooke </strong>L'hôtel de ville de Sherbrooke présente des caractéristiques du style Second Empire, largement utilisé au Québec dans le dernier quart du 19e siècle. Le choix des matériaux, comme le granit gris de Stanstead et le granit rose d'Argenteuil, confère un prestige accru au bâtiment. La valeur historique du bâtiment relève entre autres de l'architecte Elzéar Charest, qui a réalisé plusieurs immeubles dans la ville de Québec.  (Spectre Média, Jessica Garneau)

    Plein écran

    Hôtel de ville de Sherbrooke L'hôtel de ville de Sherbrooke présente des caractéristiques du style Second Empire, largement utilisé au Québec dans le dernier quart du 19e siècle. Le choix des matériaux, comme le granit gris de Stanstead et le granit rose d'Argenteuil, confère un prestige accru au bâtiment. La valeur historique du bâtiment relève entre autres de l'architecte Elzéar Charest, qui a réalisé plusieurs immeubles dans la ville de Québec. 

    Spectre Média, Jessica Garneau

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Alors qu'elle a pris connaissance de l'inventaire de son patrimoine immatériel au début du mois de juillet, la Ville de Sherbrooke attend, en 2018, le dépôt de l'inventaire architectural et patrimonial des bâtiments se trouvant sur son territoire. Le contrat a été octroyé à la firme Pâtri-Arch, de Québec, en mars.

C'est la même firme qui avait réalisé l'inventaire architectural et patrimonial de la rue King Est, en 2008, dans le cadre du projet Rues principales. L'exercice visait 77 bâtiments principalement situés entre la 13e Avenue et la rue Kennedy. Le présent contrat est de l'ordre de 199 999,01 $.

Les autres inventaires partiels réalisés à Sherbrooke datent d'avant 1985 et sont considérés désuets.

Selon les documents d'appel d'offres, l'inventaire présente plusieurs utilités, entre autres en permettant une meilleure utilisation de la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme et en facilitant l'élaboration d'un règlement sur les Plans d'implantation et d'intégration architecturale. Il peut aussi constituer une base pour créer un circuit patrimonial ou pour l'ajout de panneaux d'interprétation.

Dans sa Politique du patrimoine culturel, la Ville rapporte qu'elle « ne possède pas d'inventaires exhaustifs du patrimoine bâti de tous ses secteurs, bien que ces inventaires représentent un outil de gestion nécessaire. De plus ces inventaires ne sont guère uniformes ni à jour ».

À Sherbrooke, l'exercice vise à recenser 5245 bâtiments dans des secteurs jugés essentiels, soit des secteurs patrimoniaux homogènes. Une quinzaine de secteurs non essentiels comptent pour leur part 1596 édifices qui pourraient aussi être soumis à un inventaire. La majorité des immeubles visés ont été construits avant 1945.

Plus précisément, il permettra d'évaluer l'état et la valeur des immeubles en plus d'établir un diagnostic des immeubles à valeur patrimoniale exceptionnelle. Les cimetières, les croix de chemins et calvaires, les paysages et les points de vue ne sont pas considérés dans cet inventaire.

Le mandat devra être terminé au plus tard le 30 août 2018.

En attendant que le consultant embauché par la Ville livre son inventaire, La Tribune a recensé quelques bâtiments comportant déjà une valeur patrimoniale selon le Répertoire du patrimoine culturel du Québec disponible sur le site de ministère de la Culture et des Communications. Sept sont inscrits au Registre du patrimoine culturel du Québec, sans compter le monument aux Braves, le cénotaphe de la rue King Ouest, qui compte aussi une valeur patrimoniale selon le ministère. Cinq édifices sont désignés par le gouvernement fédéral alors qu'un site, le Centre culturel et du patrimoine Uplands, a été déclaré par la Ville.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer
  • Promenade à travers les trésors sherbrookois
    <strong>Église Plymouth Trinity </strong>Ce temple témoignant de l'influence du style néogrec dans la conception des lieux de culte au 19e siècle a été conçu par l'architecte montréalais d'origine allemande William Footner.  Il s'agirait d'un des plus beaux exemples de style néogrec en architecture religieuse au Québec. Cette église témoigne de l'importance des communautés originaires de la Nouvelle-Angleterre et de foi réformée dans le peuplement du sud du Québec. (Spectre Média, Jessica Garneau)

    Spectre Média, Jessica Garneau

    Église Plymouth Trinity Ce temple témoignant de l'influence du style néogrec dans la conception des lieux de culte au 19e siècle a été conçu par l'architecte montréalais d'origine allemande William Footner.  Il s'agirait d'un des plus beaux exemples de style néogrec en architecture religieuse au Québec. Cette église témoigne de l'importance des communautés originaires de la Nouvelle-Angleterre et de foi réformée dans le peuplement du sud du Québec.

  • Promenade à travers les trésors sherbrookois
    <strong>Gare du CN (Siboire) </strong>L'arrivée du réseau de chemin de fer à Sherbrooke a marqué une étape décisive dans le développement de la ville. La ligne reliant Montréal et Portland, au Maine, a été réalisée entre 1845 et 1853. Si la première gare a été construite en 1852, elle a été remplacée par la gare actuelle en 1890. Cette dernière portait le nom d'Union Station. Son décor emprunte des éléments au néogothique et au néoroman. (Spectre Média, René Marquis)

    Spectre Média, René Marquis

    Gare du CN (Siboire) L'arrivée du réseau de chemin de fer à Sherbrooke a marqué une étape décisive dans le développement de la ville. La ligne reliant Montréal et Portland, au Maine, a été réalisée entre 1845 et 1853. Si la première gare a été construite en 1852, elle a été remplacée par la gare actuelle en 1890. Cette dernière portait le nom d'Union Station. Son décor emprunte des éléments au néogothique et au néoroman.

  • Promenade à travers les trésors sherbrookois
    <strong>Centre culturel et du patrimoine Uplands</strong> Ce domaine établi par John Barney Paddon rappelle la vocation agricole de ce secteur de Lennoxville. Le Centre culturel et du patrimoine Uplands rappelle aussi la transformation du secteur en quartier résidentiel et institutionnel au 20e siècle. Du point de vue architectural, les bâtiments présentent des formes en vogue au 19e siècle. Par exemple, la résidence rappelle l'architecture britannique de l'époque georgienne. (Spectre Média, Stéphanie Vallières)

    Spectre Média, Stéphanie Vallières

    Centre culturel et du patrimoine Uplands Ce domaine établi par John Barney Paddon rappelle la vocation agricole de ce secteur de Lennoxville. Le Centre culturel et du patrimoine Uplands rappelle aussi la transformation du secteur en quartier résidentiel et institutionnel au 20e siècle. Du point de vue architectural, les bâtiments présentent des formes en vogue au 19e siècle. Par exemple, la résidence rappelle l'architecture britannique de l'époque georgienne.

  • Promenade à travers les trésors sherbrookois
    <strong>Parc du Domaine-Howard </strong>Le parc du Domaine-Howard et ses composantes présentent un grand intérêt en raison de l'intégrité du site. Le site a conservé pratiquement la superficie, la délimitation et son aspect d'origine. La situation géographique du parc, au centre du quartier du Vieux-Nord, revêt aussi une grande importance. Il a été le lieu de résidence de Charles Benjamin Howard, député fédéral, maire de Sherbrooke et sénateur. (Spectre Média, Stéphanie Vallières)

    Spectre Média, Stéphanie Vallières

    Parc du Domaine-Howard Le parc du Domaine-Howard et ses composantes présentent un grand intérêt en raison de l'intégrité du site. Le site a conservé pratiquement la superficie, la délimitation et son aspect d'origine. La situation géographique du parc, au centre du quartier du Vieux-Nord, revêt aussi une grande importance. Il a été le lieu de résidence de Charles Benjamin Howard, député fédéral, maire de Sherbrooke et sénateur.

  • Promenade à travers les trésors sherbrookois
    <strong>Hôtel de ville de Sherbrooke </strong>L'hôtel de ville de Sherbrooke présente des caractéristiques du style Second Empire, largement utilisé au Québec dans le dernier quart du 19e siècle. Le choix des matériaux, comme le granit gris de Stanstead et le granit rose d'Argenteuil, confère un prestige accru au bâtiment. La valeur historique du bâtiment relève entre autres de l'architecte Elzéar Charest, qui a réalisé plusieurs immeubles dans la ville de Québec.  (Spectre Média, Jessica Garneau)

    Spectre Média, Jessica Garneau

    Hôtel de ville de Sherbrooke L'hôtel de ville de Sherbrooke présente des caractéristiques du style Second Empire, largement utilisé au Québec dans le dernier quart du 19e siècle. Le choix des matériaux, comme le granit gris de Stanstead et le granit rose d'Argenteuil, confère un prestige accru au bâtiment. La valeur historique du bâtiment relève entre autres de l'architecte Elzéar Charest, qui a réalisé plusieurs immeubles dans la ville de Québec.