Encore trop de chats au refuge de la SPA

Il y a encore trop de chats dans... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Il y a encore trop de chats dans le refuge de la SPA de l'Estrie.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Société protectrice des animaux (SPA) de l'Estrie affiche encore complet, deux semaines après avoir réussi à faire adopter le nombre record de 95 chats en trois jours. Le refuge du boulevard Queen-Victoria a atteint sa capacité d'accueil une fois de plus, avec 210 chats dont 50 pour cent sont des animaux volontairement abandonnés pour diverses raisons.

« Alors que nous commencions à peine à reprendre le dessus, nous voici malheureusement revenus à la case départ », déclare la responsable des communications et porte-parole de la SPA de l'Estrie, Cathy Bergeron. « Après des années à faire valoir l'importance d'adopter de façon réfléchie et de faire stériliser son compagnon félin, nous avons le sentiment que la situation ne s'améliore guère. Il est plus que temps que les gens se responsabilisent à l'égard de leur animal de compagnie.»

« Ainsi, quand on adopte, c'est pour la vie entière de l'animal. Et lorsque sa fin de vie approche, on l'accompagne dans cette étape en se rendant chez le vétérinaire et non en l'abandonnant dans un refuge », insiste-t-elle.

Et parmi ces raisons, le nombre trop élevé d'animaux de compagnie à la même adresse se hausse au premier rang, suivi des portées non désirées. Mme Bergeron affirme que l'ensemble du personnel de la SPA de l'Estrie s'avoue parfois découragé.

Quant au problème de surpopulation féline, la porte-parole explique qu'il importe de le considérer dans sa globalité. « Traité sur une base strictement individuelle, on peut effectivement ne pas voir où il y a problème. Un, deux ou trois chats abandonnés au refuge, quelle différence cela peut-il bien faire? Mais lorsque plusieurs personnes pensent ainsi, sans trouver d'autres alternatives que notre refuge, la situation se corse », dit-elle.

« L'addition de tous ces chats qui, de surcroît, ne sont pas stérilisés à leur arrivée, fait en sorte que nous vivons un éternel recommencement. Par ailleurs, combien de portées ces chats ont-ils engendrées avant de se retrouver au refuge? Et combien de leurs rejetons se retrouveront ici, à leur tour? Le fait d'avoir une importante population de chats non stérilisés ne fait que perpétuer le problème. »

La solution au problème de surpopulation est la stérilisation des chats. « Plus il y aura de chats stérilisés, moins il y aura d'abandons.»




À lire aussi

  • Record d'adoptions de chat à la SPA

    Sherbrooke

    Record d'adoptions de chat à la SPA

    En trois jours, près de 100 félins ont trouvé une nouvelle demeure, au terme d'une opération d'adoption mise sur pied par la Société protectrice des... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer