Combattre l'hépatite un dépistage à la fois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Environ 600 000 Canadiens sont atteints du virus de l'hépatite B ou C, mais la moitié d'entre eux ne le savent pas. C'est pourquoi L'Arche de l'Estrie tente d'éradiquer ce fléau avec une journée de sensibilisation et de dépistage gratuit.

Le 28 juillet, journée mondiale contre l'hépatite, l'Arche de l'Estrie tiendra des kiosques d'information sur la prévention et le traitement de l'hépatite au parc Judes-O-Camirand à Sherbrooke de 11 h à 16 h

« Il s'agit du virus le plus mortel au niveau mondial et il a même dépassé le VIH. L'hépatite est moins connue et plus facilement transmissible », explique Amélie Tremblay-Lebel, chargée de projet.

L'Organisation mondiale de la santé a pour objectif d'éradiquer les hépatites virales d'ici 2030 et, selon Mme Tremblay-Lebel, le défi est réalisable. « L'enjeu est vraiment le dépistage, parce que tous les moyens sont là pour traiter la maladie. Tout ce qui manque est que les gens sachent qu'ils sont atteints et effectuent les démarches pour se faire traiter. »

Comme les symptômes sont peu ou pas du tout ressentis, le seul moyen de connaître son statut est le dépistage. Alors, comment savoir si une personne est plus susceptible d'avoir contracté l'hépatite?

« Les gens les plus à risque sont notamment les baby-boomers qui ont reçu une transfusion sanguine avant 1992, donc avant que des mesures de contrôle des infections universelles deviennent la norme. Les gens qui consomment des drogues et des drogues injectables ainsi que les personnes immigrantes provenant de pays endémiques font aussi partie des personnes susceptibles d'avoir l'hépatite », souligne Mme Tremblay-Lebel.

L'hépatite B est transmise par contact avec les liquides organiques et le sang d'une personne infectée et un vaccin peut prévenir ce virus. L'hépatite C est aussi transmissible par contact avec le sang d'une personne infectée, lequel peut se produire lors de l'utilisation d'aiguilles souillées et de produits sanguins non contrôlés ou tout simplement en partageant brosses à dents, rasoirs ou coupe-ongles. Jusqu'à maintenant il n'y a pas de vaccin, mais de récentes découvertes dans le domaine pharmaceutique se sont avérées efficaces pour traiter l'hépatite C.

L'Arche de l'Estrie profitera de l'activité pour faire la promotion de son nouveau programme de service, le Projet C. « Le service propose un soutien et un accompagnement aux personnes atteintes de l'hépatite C. Nous avons présentement 26 participants et on observe un réel besoin », explique Amélie Tremblay-Lebel.

Pour la quatrième édition de l'activité, des kiosques de nourriture et une activité de fabrication de lanterne seront proposés aux visiteurs en plus du dépistage gratuit.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer