Deux à trois semaines de retard pour René-Lévesque

Les difficultés à assécher le site du boulevard... (Spectre Média, André Vuillemin)

Agrandir

Les difficultés à assécher le site du boulevard René-Lévesque sont à l'origine des retards sur le chantier.

Spectre Média, André Vuillemin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les pluies abondantes compliquent les travaux du chantier du boulevard René-Lévesque, qui accuse entre deux et trois semaines de retard. Les impacts sur l'échéancier pourront être mesurés davantage cet automne.

Caroline Gravel... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Caroline Gravel

Archives La Tribune

« La dernière fois que j'ai parlé aux équipes de chantier, nous parlions de deux à trois semaines de retard. Le problème de ce secteur, c'est que c'est une zone très humide. Les sols n'ont pas beaucoup de pentes et sont gorgés d'eau. C'est difficile pour les véhicules de construction d'y circuler, autant les pelles mécaniques que les dix roues », explique Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke.

« Avec le type d'été que nous avons eu, ça ne sèche pas rapidement. Les entrepreneurs ont réussi à poser les conduites, mais ont pris du retard au printemps parce que la machinerie s'enlisait dans les sols. Pour la pose, ils sont maintenant sur les cibles, dans les temps prévus, mais pour la construction de la structure de chaussée, ce sera vraiment en fonction de la température. »

Mme Gravel mentionne que des moyens supplémentaires ont été nécessaires pour assécher les sols de manière à assurer une stabilité des infrastructures à long terme.

« Nous nous doutions que c'était humide, mais nous ne savions pas que nous aurions un printemps et un été aussi pluvieux. En général, c'est humide, mais en faisant des mesures que nous appelons des saignées, en début du chantier. Nous creusons des tranchées, l'eau s'écoule et les sols s'assèchent. Mais comme il pleut presque tous les jours, il est difficile d'assécher un sol silteux argileux qui conserve l'eau. Si des mesures exceptionnelles doivent être prises, ça entraînera des coûts supplémentaires. Nous le saurons en fonction de la température. »

Ce problème n'est pas rencontré sur d'autres chantiers de la Ville puisqu'ils sont réalisés sur des rues existantes. « Le boulevard René-Lévesque se fait vraiment dans des sols qui n'avaient pas été touchés avant. »

Quant à la construction de l'école C, prévue à l'angle du boulevard René-Lévesque et de la rue Matisse, elle devrait pouvoir commencer comme prévu. « Les entrées de service sont déjà faites, les conduites sont installées devant le terrain. Nous nous attendons à être prêts à remettre le terrain à la date prévue. Le boulevard, lui, devrait être en fonction à la fin de cette année. Il ne sera pas terminé pour toutes les intersections, mais il sera possible de circuler à la fin de 2017. »

Enfin, le retard dans les travaux pourrait avoir des impacts sur la circulation pendant la rentrée scolaire. Le chantier de l'intersection Galt Ouest et Université, près de la 410, est retardé et devrait être en travaux pendant la rentrée. « C'est un gros chantier qui prendra plusieurs semaines. »




À lire aussi

  • Des semaines idéales sans travaux

    Sherbrooke

    Des semaines idéales sans travaux

    La Ville de Sherbrooke pourrait revoir la distribution des vacances de ses employés de la construction pour permettre de garder un plus grand nombre... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer