Boisé Belvédère: «Il y avait une volonté d'écouter et d'expliquer»

Le Regroupement pour le boisé Belvédère a participé à une nouvelle réunion avec... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Regroupement pour le boisé Belvédère a participé à une nouvelle réunion avec la Ville de Sherbrooke, mardi, pour aplanir les différends ou les incompréhensions entre les deux parties. Le porte-parole Martin Gagnon en ressort avec le sentiment d'avoir été écouté.

« Nous avons réussi à créer un certain lien avec la Ville. Le climat était vraiment bon. Nous sommes à rédiger le compte rendu, qui sera public dans quelques semaines. Il y avait une volonté d'écouter et d'expliquer. Je pense que la Ville comprend que nous ne voulons pas la dénigrer », résume M. Gagnon.

Pour la suite des choses, un mémoire devrait être présenté aux élus à la fin août ou au début septembre. « Si on veut que quelque chose change, il faut aller voir les élus. Les fonctionnaires ont fait tout le travail d'ingénierie nécessaire, mais ce ne sont pas eux qui prennent les décisions. C'est là que l'élection municipale deviendra importante. Il nous faut un visionnaire comme maire. »

Martin Gagnon rapporte que des mécanismes ont été mis en place pour répondre aux préoccupations de communication et de développement durable exprimées par les citoyens. Il se dit aussi encouragé par les changements législatifs qui influenceront l'urbanisme, notamment la loi 132 qui resserre les contrôles des milieux humides.

Rappelons que le Regroupement pour le boisé Belvédère milite pour la protection complète d'une prucheraie centenaire dans l'arrondissement d'Ascot, où le Carré Belvédère, un projet de 1700 unités d'habitation, est prévu.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer