Une espèce de poisson menacée retarde la vague de surf

Le fouille-roche gris, une espèce menacée, est présent... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le fouille-roche gris, une espèce menacée, est présent au confluent des rivières Magog et Saint-François.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La présence d'une espèce de poissons menacée, le fouille-roche gris, au confluent des rivières Saint-François et Magog pourrait retarder l'évolution du projet de vague de surf au centre-ville de Sherbrooke. Dans le même sens, des mesures particulières pourraient être nécessaires pour la reconstruction du pont des Grandes-Fourches.

Le fouille-roche gris... (Photo Pêches et Océans Canada) - image 1.0

Agrandir

Le fouille-roche gris

Photo Pêches et Océans Canada

Destination Sherbrooke a statué que sa vague de surf ne pouvait pas être aménagée ailleurs qu'au confluent des deux rivières. Dans le cheminement du dossier, une rencontre était prévue avec le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC). « Nous avons reçu un avis selon lequel une espèce pouvait être affectée par le projet », commente Amélie Boissonneau, coordonnatrice aux communications à Destination Sherbrooke.

Le fouille-roche gris, un petit poisson d'environ 4 cm de longueur, est désigné « vulnérable » par le gouvernement du Québec et « menacé » par le gouvernement du Canada.

« Il faudra donc pousser les analyses plus loin. Le souhait du conseil d'administration est de nous arrimer aux différentes analyses du projet du pont des Grandes-Fourches, qui ira s'ancrer dans le même environnement. À partir de maintenant, nous avons demandé d'inclure la vague de surf dans toutes les analyses concernant le pont, puisque les deux projets chemineront en même temps. »

Mme Boissoneau rappelle qu'il ne serait pas possible de réaliser la vague de surf sur un autre site. « Nous avons analysé deux autres sites mais ils ne convenaient pas. »

Au Service des communications de la Ville de Sherbrooke, on mentionne qu'il est trop tôt pour connaître l'impact de la présence du fouille-roche gris sur le projet du pont des Grandes-Fourches, qui doit être reconstruit. Les plans et devis devront d'abord être déposés au MDDELCC pour qu'un certificat d'autorisation soit délivré. La Ville devra se plier aux exigences du ministère par la suite.

Au ministère des Transports du Québec, qui doit être partenaire dans la reconstruction du pont, on rapporte que le dossier n'a toujours pas évolué. La Ville n'a encore déposé aucun document concernant son projet.

Selon le site du MDDELCC, le fouille-roche gris « est un petit poisson de fond d'eau chaude peu profonde à courant modérément rapide. Il fréquente les plages de sable et de gravier des lacs ou rivières à très faible courant ».

On le trouve au Québec et en Ontario, entre autres dans le fleuve Saint-Laurent et dans ses affluents.

Sur le site de Pêches et Océans Canada, on indique que « le fouille-roche gris est menacé par la perte et par la dégradation de son habitat [...] ainsi que par les espèces exotiques, les maladies et, possiblement, par les captures accidentelles par la pêche aux poissons-appâts ».

Un programme de rétablissement du fouille-roche gris au Canada a été déposé en 2013.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer