St-Élie Motorsports: les plans du promoteur inquiètent plusieurs citoyens

Le promoteur Simon Homans s'est dit ouvert au... (Spectre média, René Marquis)

Agrandir

Le promoteur Simon Homans s'est dit ouvert au compromis, lundi, pendant la séance du conseil municipal.

Spectre média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une demande d'approbation de projet au Complexe Saint-Élie Motorsports soulève des vagues. Plusieurs citoyens ont manifesté leur inquiétude, lundi au conseil municipal, alors que le promoteur Simon Homans s'est dit prêt à travailler avec les citoyens. La première étape en prévision d'un agrandissement a été entérinée par les élus de manière à permettre une consultation publique en août.

En résumé, M. Homans souhaite consolider et encadrer le chemin d'accès menant aux pistes de course et d'entraînement pour les véhicules motorisés et hors route en plus de relocaliser l'aire de stationnement, l'aire d'attente et l'aire de retour des coureurs. Il souhaite aussi agrandir l'aire des pistes de véhicules hors route. Dans la même demande, il indique vouloir utiliser des espaces de stationnement pour de l'entreposage intérieur et extérieur de véhicules récréatifs pendant la saison morte. Un ou deux entrepôts seraient construits sur le coin nord-est du terrain.

En plus de s'inquiéter du bruit que pourrait générer l'agrandissement du site, des citoyens se sont interrogés sur les mesures de bruit qui devront être prises pendant l'été. Elles visent à confirmer que le promoteur respecte les contraintes imposées par la Cour. Les citoyens espèrent que ces mesures soient prises par une entité neutre.

« Nous sommes en train de faire un développement immobilier à trois terrains de la piste. Nous avons un potentiel de construire 100 maisons, 100 nouveaux contribuables. Pourquoi agrandir un projet qui semble déjà problématique? » a interrogé le citoyen Pierre-Luc Bernier.

Sylvie Huppée croit que deux mesures de son ne suffiront pas à confirmer que le bruit ne dépasse pas 50 décibels en tout temps. « Est-ce que la Ville va s'impliquer dans le processus d'analyse de son? »

Le conseiller Julien Lachance indique que les prises de son seront effectuées selon les exigences de la Cour d'appel. « Personnellement, comme présenté là, le projet ne serait pas acceptable. Nous pourrons le retirer s'il n'y a pas des ententes qui conviennent entre le promoteur et les citoyens. »

Monique Martin, de Saint-Denis-de-Brompton, se dit aussi touchée par le bruit des pistes de course. Elle voudrait être consultée dans le processus d'agrandissement du complexe.

« À partir du moment où on en arrive à une solution qui est acceptable pour les résidants de Sherbrooke, les résidants de Saint-Denis-de-Brompton seront servis », estime le maire Bernard Sévigny.

Simon Homans a cherché à se faire rassurant. « Un expert de son devrait toujours être neutre, mais je suis ouvert à retenir les services d'une firme qui serait jugée neutre par tout le monde. Je suis prêt à organiser un comité avec les citoyens. »

Pour le motocross, M. Homans dit qu'il est toujours possible de négocier. « Je suis ouvert à diverses propositions. Le but n'est pas d'être en guerre. La section qu'on veut agrandir est près d'une forêt. On garderait les arbres. Mon but est de travailler avec le conseil. »

Julien Lachance s'est dit à l'aise à poursuivre le processus en raison de l'ouverture manifestée par le promoteur.

Une consultation publique est prévue le 28 août à 18 h 30, au bureau d'arrondissement de Rock Forest-Saint-Élie-Deauville.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer