Un graffiti format géant verra le jour

Les graffiteurs Vincent Arnold et Boris Biberdzic, Guylaine... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Les graffiteurs Vincent Arnold et Boris Biberdzic, Guylaine Perron, du SPS, et la conseillère Chantal L'Espérance ont présenté le projet.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Grâce au comité tags et graffitis, la cheminée d'équilibre de la centrale des Abénaquis se fera faire une beauté en juillet prochain. Un imposant graffiti ornera dorénavant la façade de la structure.

Celui-ci sera d'une hauteur de quatre mètres et il occupera les deux tiers de la circonférence de la cheminée. La réalisation aura pour thème l'importance de l'hydroélectricité et des rivières dans le développement de Sherbrooke. La cheminée d'équilibre, qui est souvent vandalisée, se veut un emplacement de choix pour la réalisation de ce graffiti géant.

« Chaque fois qu'on la repeignait, dans les jours, voire les heures qui suivaient, il y avait de nouveaux tags qui apparaissaient. On s'est donc dit qu'on pouvait faire quelque chose, avec les graffiteurs, qui serait plus ordonné, mais qui laisse quand même place à toute la créativité », raconte Chantal L'Espérance, conseillère municipale et présidente du comité tags et graffitis.

Long processus

Pour déterminer quel projet serait retenu, un rigoureux processus a été mené par les huit candidatures présentées. « Le projet choisi a été soumis à un jury et à la commission des arts visuels. Il devait également avoir une durabilité dans le temps de cinq ans tout en respectant des règles, des critères et une thématique. Ça donne quelque chose de bien plus beau que des tags et des graffitis illégaux comme il y en avait auparavant », estime Mme L'Espérance.

C'est finalement le projet des Montréalais Vincent Arnold et Boris Biberdzic qui a été sélectionné.

Du bon pour Sherbrooke

En plus de contribuer à la beauté du paysage de ce coin de la ville, ce graffiti géant devrait décourager les graffiteurs illégaux à refaire la décoration de ladite cheminée. « Avec l'avènement de ce comité, nous avons diminué d'environ 50 % les plaintes, les méfaits et les coûts de nettoyage en lien avec les graffitis. Tout cela permet par le fait même d'embellir le paysage avec des oeuvres qui sont permises », raconte Chantal L'Espérance, conseillère municipale et présidente du comité tags et graffitis.

Depuis son avènement en 2011, le comité tags et graffitis a contribué à faire diminuer le nombre de plaintes de 145 à 70 auprès du Service de police de Sherbrooke tout en améliorant la vie de quartiers. Cela démontre qu'en donnant des balises pour s'exprimer, les graffiteurs sont moins enclins à faire des dessins illégaux. « Au début, Sherbrooke déboursait 100 000 $ en nettoyage. Il y a trois ans ce chiffre est descendu à 69 000 $ avant de rebaisser à 39 000 $ en 2016. C'est vraiment positif sur toute la ligne », estime la présidente du comité.

Le graffiti de la cheminée d'équilibre de la centrale des Abénaquis sera réalisé en juillet prochain. Avec ce projet, le comité espère embellir le sentier de la gorge de la rivière Magog tout en améliorant l'expérience des citoyens et des touristes.

Projets à venir

Les 14 colonnes du pont Joffre seront bientôt recouvertes de graffitis en septembre prochain. Il y aura également de nombreuses autres activités avec cette thématique dont « Happening d'art urbain », « L'art de récupérer », « L'art t'appelle » et « Mamie Graffitis ». Une oeuvre murale sera également dévoilée à l'école Marie-Reine lors de la prochaine rentrée scolaire.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer