Centre récréatif Rock Forest: la Ville formera un nouveau gestionnaire

Près d'un an et demi après en avoir pris possession, la Ville de Sherbrooke... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Près d'un an et demi après en avoir pris possession, la Ville de Sherbrooke formera un nouvel organisme de gestion pour administrer le Centre récréatif Rock Forest (CRRF).

Son Service des sports, de la culture et de la vie communautaire, par sa Division des sports et des événements, en a reçu le mandat. La Corporation de développement économique, social et communautaire de Rock Forest (CDESC) en avait gardé la gestion jusqu'au 31 décembre 2017, comme le prévoyait son mandat initial.

Après analyse et études, la Ville de Sherbrooke était devenu propriétaire du CRRF au coût de 3,2 millions $, soit le solde de l'hypothèque et la dette de gestion accumulée de quelque 245 000 $.

Rappelons que trois conseillers municipaux avaient voté contre ce projet, pointant le fait que le Centre récréatif Rock Forest était en difficulté depuis 2009 et qu'on confiait l'infrastructure au même gestionnaire qui l'avait placé dans cette situation. La CSDES avait demandé l'aide de la Ville en novembre 2014, voyant que ses difficultés financières mettaient à risque la poursuite de ses activités.

Cette période de deux ans devait donner le temps à la Ville de terminer le ménage dans la gestion du centre et de remettre l'infrastructure à niveau, sans bris de service, avait-on indiqué à l'époque.

2000 entrées hebdomadaires

Dans un communiqué diffusé jeudi, la Ville affirme que le CRRF a une importance majeure au plan du développement sportif sherbrookois. Pôle tennistique à Sherbrooke et en Estrie, cette infrastructure permet de pratiquer le tennis à l'année, sur des surfaces répondant aux plus hautes normes, tant à l'intérieur (5 terrains) qu'à l'extérieur (8 terrains).

La surface glacée fait quant à elle partie des espaces mis à la disposition des organismes sportifs (hockey, patin artistique et patin de vitesse) pour répondre à la demande des sports fédérés, de même que pour les activités libres (patin et hockey) ou d'autres locations (ligues adultes, écoles de hockey, etc.).

Ce sont plus de 2000 entrées hebdomadaires que l'on dénombre au CRRF, ajoute-t-on.

«Le bâtiment de plus de 40 ans nécessite un entretien régulier et onéreux. Malgré toute la bonne volonté démontrée par le gestionnaire actuel, il devenait de plus en plus difficile d'assumer les frais d'entretien nécessaires, en plus d'assurer la gestion quotidienne du Centre», souligne-t-on.

OBNL

Ce nouvel organisme de gestion qui sera formé devra être composé de représentants d'usagers, d'experts en gestion d'infrastructures et aura un mandat de gestion d'infrastructures de sports et de loisirs. Le nouvel OBNL créé respectera la certification d'accréditation et les conditions de travail de l'ensemble des employés de cette organisation dont la convention collective viendra à échéance le 31 décembre 2017, note-t-on.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer