Saint-Élie: pas d'argent pour les façades

Saint-Élie avait obtenu un programme particulier d'urbanisme (PPU) en 2014,... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Saint-Élie avait obtenu un programme particulier d'urbanisme (PPU) en 2014, mais l'arrondissement ne peut toujours pas bénéficier du programme de rénovation de façade et d'affichage.

Christelle Lefebvre... - image 1.0

Agrandir

Christelle Lefebvre

À l'heure actuelle, il y a six PPU dans la ville de Sherbrooke. Ils sont situés au centre-ville, sur la rue Wellington Sud, sur la rue King Est, à Lennoxville, à Brompton et à Saint-Élie. Du lot, seul ce dernier ne peut pas bénéficier du programme de rénovation de façade et d'affichage. Pourtant, il y aurait plus d'enveloppes budgétaires que de demandes.

« Ça a toujours été comme un acquis que l'on y ait accès, mais au dernier moment, ça aurait été retiré. Nous nous en sommes rendu compte il y a un peu plus d'un an lorsque des commerçants ont voulu faire des rénovations », relate la présidente de Synergie Saint-Élie, Christelle Lefebvre.

C'est pourquoi les commerçants se sont pointé le bout du nez au conseil municipal de Sherbrooke. « Le conseiller de notre arrondissement Julien Lachance nous a expliqué qu'ils avaient peur que le PPUne soit pas adopté par le conseil puisque c'était une grosse enveloppe budgétaire. Ils ont donc voulu réduire les choses et de leur choix à eux, ils ont décidé de faire des coupures, dont le programme de rénovation de façade », explique Mme Lefebvre.

«Le PPU de Brompton a été octroyé en 2017 et il est déjà accessible.»


La situation semble d'autant plus frustrante pour les commerçants étant donné qu'un million $ est disponible et que s'il manquait d'argent, le Coseil de Ville en réinjecterait selon ce qu'avance Synergie Saint-Élie. « Le PPU de Brompton a été octroyé en 2017 et il est déjà accessible. Pourquoi ils auraient droit à ce programme alors que nous ne l'avons pas encore eu? On nous a amené le critère de patrimoine que nous n'avons pas et que les autres ont. C'est pourtant un des objectifs », note-t-elle.

Pour le conseiller de l'arrondissement Julien Lachance, cette décision s'explique par les coûts élevés et les bâtiments rénovés non patrimoniaux. « Lorsque le PPU avait été adopté, nous avions eu plusieurs consultations, mais je ne me souviens pas d'avoir entendu beaucoup de besoins par rapport à ça. Il nous apparaissait préférable de mettre l'accent sur d'autres éléments, comme l'embellissement du chemin, l'amélioration de l'animation ou encore l'augmentation de la sécurité dans ce secteur », explique M. Lachance.

S'il y a des besoins qui sont présentés, le conseil municipal tentera de se réajuster. « Sachant qu'il y a des budgets résiduels qui ne sont pas utilisés dans d'autres secteurs, je vais travailler à ce sujet pour voir ce qu'il est possible de faire. J'aimerais qu'il y ait des discussions pour ça avant le budget 2018 », note-t-il.

Chaque commerçant désireux de procéder à des rénovations de façade et d'affichage peut obtenir une subvention qui correspond au tiers des coûts des travaux et d'au maximum 50 000 $.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer