Encore les mêmes tumultes autour de l'aéroport

Mêmes tumultes, mêmes résultats dans le dossier de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Mêmes tumultes, mêmes résultats dans le dossier de l'aéroport de Sherbrooke lundi soir au conseil municipal.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Mêmes tumultes, mêmes résultats dans le dossier de l'aéroport de Sherbrooke lundi soir au conseil municipal. Cette fois, l'objet du litige était l'adjudication du contrat pour des services professionnels pour le développement de liens aériens commerciaux réguliers à l'aéroport de Sherbrooke. La firme Harvey International a remporté le contrat. Cinq élus se sont opposés.

Dans les faits, deux soumissionnaires avaient déposé leur candidature pour le contrat. Harvey International, proposant un tarif plus bas pour une banque de 750 heures, a remporté l'appel d'offres. Le contrat sera de l'ordre 71 250 $ taxes en sus, en plus de 19 000 $ pour les variations des quantités. Il prévoit une option de renouvellement pour une année.

Pierre Tardif, Annie Godbout, Hélène Dauphinais, Jean-François Rouleau et Marc Denault ont voté contre ce contrat.

« Dans le même esprit que ma demande de moratoire sur les dépenses liées à l'aéroport, je ne suis pas d'accord de mettre 100 000 $ de côté en plus d'accorder un contrat à la même firme qui a agi comme consultant dans les dernières années. Les résultats ne sont pas tellement là » a dit Pierre Tardif.

« Cette firme a eu entre 150 000 et 200 000 $ de contrats au cours des dernières années. En quoi cette fois-ci pourrait-elle être plus performante? » a interrogé Annie Godbout.

Le directeur général Yves Vermette a répondu. « Il n'est pas question de performance, mais d'accompagnement. La question était de savoir si les soumissionnaires avaient les compétences et la réponse était oui. Nous étions tenus d'y aller avec le plus bas soumissionnaire. »

« Un échec »

Jean-François Rouleau a réitéré son opinion liée à la desserte commerciale à l'aéroport de Sherbrooke. « Force est de constater que c'est un échec. Nous avons eu peu de soumissionnaires de l'extérieur. Les deux candidats avaient déjà postulé dans le passé. Ce que je comprends, c'est que personne ne connaît suffisamment ce projet pour déposer une candidature. Nous dépasserons le quart de million en démarchage alors qu'il n'y a eu aucun résultat en cinq ans. Cessons de dépenser inutilement l'argent des citoyens. »

Diane Délisle a été cinglante. « J'ai l'impression de vivre le jour de la marmotte. Ce que vous exprimez, vous l'avez déjà dit. »

Hélène Dauphinais a cherché à savoir si les démarches effectuées par la Ville visaient toujours les mêmes compagnies d'aviation.

« Si nous avons lancé l'appel d'offres, c'est parce que nous avons beaucoup de discussions en cours. C'est ce qui nous a encouragés à poursuivre nos efforts. C'est parce que nous sentons qu'il y aura quelque chose de concluant. Nos démarches visent de nouvelles compagnies », a répondu Yves Vermette.

Nicole Bergeron aimerait avoir plus d'information sur le résultat attendu de la part de la firme Harvey International. « J'ai un certain malaise. Je me fie au comité de sélection, mais on retourne pour une troisième fois avec la même firme. Je ne veux rien présumer, mais j'aurais imaginé que plus de deux compagnies seraient intéressées. »

Le maire Bernard Sévigny a réitéré que les stratégies de négociation ne seraient pas exposées sur la place publique.

Vincent Boutin et Julien Lachance ont tous deux souligné qu'il valait la peine de poursuivre les efforts pour conclure une entente qui mènerait à une desserte commerciale.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer