SSJB: une démarche honnête, assurent les membres expulsés

Dimanche matin,  des agents du Service de police... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Dimanche matin,  des agents du Service de police de Sherbrooke ont demandé aux personnes expulsées de l'assemblée générale annuelle de la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Sherbrookede sortir.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les personnes qui se sont fait expulser de l'assemblée générale annuelle de la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Sherbrooke (SSJB) dimanche assurent que leur désir de devenir membre de l'organisme n'est motivé que par « les bonnes raisons ».

Elles affirment qu'il n'y a aucune intention cachée derrière leur demande d'adhésion, contrairement à ce que suggère la présidente Micheline Dupuis.

« La Société Saint-Jean-Baptiste représente beaucoup mes valeurs, entre autres pour ce qui est de la promotion de la langue française, a expliqué Mélissa Nilsson. Je voulais participer activement à ça, alors je trouve ça dommage que ça se passe comme ça aujourd'hui. C'est une assemblée démocratique : tout le monde devrait y avoir accès. »

Rappelons que des personnes ayant déposé leur demande d'adhésion à la SSJB se sont vu refuser l'entrée à l'assemblée générale de l'organisme dimanche matin. Après avoir été appelés par la SSJB, des policiers du Service de police de Sherbrooke se sont rendus où se déroulait la réunion, pour demander aux personnes de sortir.

« Je pense que la Société devrait avoir certains objectifs de promotion de la langue française, de préservation de notre histoire et de notre mémoire collective, et c'est là-dedans que je voulais m'impliquer, a quant à lui mentionné Éric Deland. Je vais être franc avec vous, je ne suis pas un fervent catholique, mais mon but en venant ici n'était pas de saboter la Société. »

Étienne-Alexis Boucher... (Archives La Tribune) - image 2.0

Agrandir

Étienne-Alexis Boucher

Archives La Tribune

« Nous, ce qu'on souhaiterait, c'est qu'on puisse amener un sang nouveau à la Société, pour faire la promotion de notre langue, de notre culture et de notre histoire, a commenté Luc Viens. Moi, je fais partie de la Société nationale de l'Estrie, et nous rejoignons les mêmes objectifs [...], alors nous aimerions nous associer avec la Société Saint-Jean-Baptiste pour qu'avec nos deux organismes, nous soyons capables de faire des choses extraordinaires. »

« La démarche que j'ai entreprise il y a plusieurs mois avec une formidable équipe de bénévoles, qui a su convaincre des centaines de personnes, est fondée sur des principes et des valeurs qui nous animent depuis des années », a fait valoir le président fondateur de la Société nationale de l'Estrie (SNE), Étienne-Alexis Boucher.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer