Premiers répondants : Sherbrooke veut récupérer 450 000 $

À Sherbrooke, le service des premiers répondants est... (Archives, La Tribune)

Agrandir

À Sherbrooke, le service des premiers répondants est assuré par les pompiers du Service de protection contre les incendies.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) En collaboration avec la Ville de Lévis, Sherbrooke compte demander une aide du gouvernement du Québec pour le maintien de son service de premiers répondants. En se basant sur une entente négociée par la Ville de Montréal, Sherbrooke estime qu'elle pourrait obtenir 450 000 $.

À Sherbrooke, le service des premiers répondants est assuré par les pompiers du Service de protection contre les incendies. « Nous avons été précurseurs. Nous avons été la première ville au Québec à offrir les services de premiers répondants. C'est un service qui va très bien, qui est très apprécié de la population et qui est en complément des services ambulanciers. Depuis le début, nous demandons au gouvernement du Québec de compenser pour les coûts que ça représente », explique le président du comité exécutif, Serge Paquin.

« Oui la main-d'oeuvre est déjà payée par les contribuables de Sherbrooke, mais les coûts de déplacements, d'équipements, de formation, qui sont quand même importants, ça représente des déboursés que nous évaluons à 450 000 $ par année. Nous savons que le gouvernement a accepté de compenser la Ville de Montréal, qui met sur pied un service de premiers répondants. De concert avec la Ville de Lévis, qui offre le même service, nous réclamons le même traitement que la Ville de Montréal. Sinon ce serait inéquitable pour les contribuables », ajoute M. Paquin.

Chaque année, la Ville estime à 3000 le nombre de sorties effectuées par ses pompiers à titre de premiers répondants. Pour chacun des appels, les frais sont de 1500 $.

« Manifestement, j'imagine que la Ville de Montréal a négocié à l'avance des compensations pour établir ce service sur son territoire, ce qui ne s'est pas fait ici en 1994. J'y étais. Ç'aurait dû être négocié avant de mettre sur pied le service. Sauf erreur, il y a plus de sorties qui se font pour les premiers répondants que les appels d'urgence pour des incendies. Juste en termes d'usure pour les véhicules, c'est un montant important. »

Au Québec, seule une soixantaine de services de sécurité incendie agissent comme premiers répondants, sur une possibilité de 700. Sherbrooke, Montréal et Lévis sont les trois seules villes de 100 000 habitants et plus à offrir le service, qui vise une réduction significative des risques de mortalité et de morbidité grâce à une mobilisation rapide des effectifs.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer