Sherbrooke Citoyen garderait les référendums

« Sherbrooke Citoyen maintiendra l'approbation référendaire pour tous les... (Archives, La Tribune)

Agrandir

« Sherbrooke Citoyen maintiendra l'approbation référendaire pour tous les projets d'urbanisme à Sherbrooke. L'autonomie municipale nous permet de prendre nos propres décisions et nous voyons que le maintien des référendums est un cas évident où la Ville de Sherbrooke doit tracer son propre chemin », explique la candidate à la mairie Hélène Pigot.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Sherbrooke Citoyen promet de maintenir les référendums pour l'ensemble du territoire sherbrookois si le parti municipal prend le pouvoir après les élections de novembre. Dans un communiqué, la candidate à la mairie Hélène Pigot explique que le programme du parti prévoyait déjà d'améliorer les formes de consultation citoyenne.

« Sherbrooke Citoyen maintiendra l'approbation référendaire pour tous les projets d'urbanisme à Sherbrooke. L'autonomie municipale nous permet de prendre nos propres décisions et nous voyons que le maintien des référendums est un cas évident où la Ville de Sherbrooke doit tracer son propre chemin », dit Mme Pigot dans le communiqué.

« Il n'y a pas de problème à Sherbrooke à ce niveau-là. Le pouvoir citoyen que confère le recours au référendum est un outil essentiel pour améliorer et, très rarement, rejeter des projets perfectibles. On l'a vu dans le cas de la résidence Murray, où le recours possible à un référendum a contraint le propriétaire à retourner à ses cartons pour proposer un projet qui s'intègre mieux dans le voisinage. Il n'y a pas de raison de déposséder les citoyens de ce pouvoir. C'est une fausse solution à un problème inexistant », dit Mme Pigot.

La chef du parti Sherbrooke Citoyen doute aussi de l'opportunité de pouvoir accorder des contrats sans appel d'offres si leur valeur est inférieure à 100 000 $ en rappelant les conclusions récentes de la commission Charbonneau.

« Même avec un plafond à 25 000 $, c'est déjà plus du tiers des contrats à des firmes d'ingénieurs qui sont attribués sans appel d'offre. Est-ce qu'on veut réellement que plus de contrats soient accordés de gré à gré, seulement par un fonctionnaire? »

Mme Pigot plaide pour une politique de gestion contractuelle plus rigoureuse. « Lundi, en atelier public, des conseillers ont suggéré qu'on commence à réfléchir à ces dossiers, mais le maire s'y oppose et préfère qu'on attende de se retrouver devant un fait accompli. C'est une erreur selon moi. »




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer