Aube-Lumière accueillera uniquement des patients atteints du cancer

Marie Bécotte... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Marie Bécotte

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Maison Aube-Lumière a terminé sa réflexion pour définir ses priorités de développement des trois prochaines années et on a décidé de maintenir le statu quo, malgré l'entrée en vigueur de la loi 2 sur les soins de fin de vie.

L'organisme continuera d'accueillir uniquement des patients en fin de vie atteints du cancer, confirme la directrice générale de la Maison Aube-Lumière, Marie Bécotte. «Nous avions entrepris une réflexion importante pour notre planification stratégique 2017-2020.»

«Nous avons consulté à l'interne et à l'externe. Et le conseil d'administration a décidé de maintenir la mission actuelle.»

Plusieurs raisons peuvent expliquer cette décision, poursuit Mme Bécotte. En résumé, l'équipe de la Maison Aube-Lumière a déjà beaucoup de travail avec le mandat actuel. «Nous sommes pratiquement toujours au maximum de la capacité. Notre taux d'occupation est de plus de 90 pour cent», analyse-t-elle. Nous avons une liste d'attente de 40 à 50 personnes. On ne suffit pas à la demande.»

«Le cancer a une trajectoire de soins différente des autres maladies. On peut avoir un pronostic médical de fin de vie plus fiable.»

La durée moyenne des séjours à la maison de soins palliatifs est de 21 jours, ajoute la directrice générale. «Des fois, c'est pour deux jours, des fois pour 21 jours. Les gens veulent souvent rester le plus longtemps possible à la maison.»

«La demande fluctue constamment. Nous devons nous ajuster. Notre expertise, c'est le cancer.»

Rappelons que la Loi 2 concernant les soins de fin de vie est entrée en vigueur le 10 décembre 2015. La loi sur l'aide médicale à mourir a suscité bien des débats avant et après son adoption.

Quand on lui demande si on devrait mettre sur pied une maison de soins palliatifs en Estrie, elle précise que le plan quinquennal du ministère de la Santé ne prévoit pas ajouter de nouveaux lits jusqu'en 2020 dans la région.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer