Un escalier aux mille vertus

Le CIUSSS de l'Estrie - CHUS a inauguré... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Le CIUSSS de l'Estrie - CHUS a inauguré un escalier interactif. Du nombre des utilisateurs, on retrouve notamment Marie-Li Lamarre et Étienne Laroche.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les enfants qui fréquentent le Centre de réadaptation Estrie (CRE) peuvent maintenant développer leurs habiletés et faire leurs apprentissages dans un escalier interactif. L'espace, conçu en collaboration avec l'organisme MURIRS, offre aux enfants un lieu ludique leur permettant de développer notamment leur motricité fine et leur langage.

L'espace aux allures de fonds marins, décoré de dauphins, de plongeur et de pièces tactiles magnétiques, a été inauguré mercredi par le CIUSSS de l'Estrie - CHUS.

« On voulait que les enfants oublient un peu qu'ils viennent en réadaptation pour travailler différentes problématiques », commente Julie Duguay, chef de service en déficience physique enfant et adolescent au CRE, qui a collaboré à la mise en place de l'escalier.

L'espace coloré favorise ainsi les thérapies par le jeu dans un contexte où les objectifs en réadaptation sont souvent exigeants.

La petite Marie-Li Lamarre, cinq ans, fait partie des enfants qui pourront évoluer dans cet espace réaménagé.

La fillette d'origine vietnamienne est sourde. Ça, sa maman, Mélanie Lamarre, le savait avant d'aller la chercher dans un orphelinat de Ba Vi, à 50 km au nord de Hanoi.

Lorsqu'elle est allée la chercher, l'enfant alors âgée de près de trois ans ne savait pas encore marcher et sa vessie était paralysée. La petite souffrait de malnutrition. Il était minuit moins une. « J'étais sa dernière chance », raconte la maman. « Il a fallu venir au centre pour pouvoir apprendre du langage, parce que lorsqu'elle est sortie du Vietnam, elle ne savait même pas ce que voulait dire non. Elle a eu des implants cochléaires et on bénéficie des services donnés ici pour apprendre à parler. »

Les images sont très importantes pour une enfant comme Marie-Li. « Elle arrive à identifier des choses et à les identifier par des signes. »

« On a une variété d'enfants avec des problématiques très différentes (...) On peut avoir des enfants avec des difficultés à marcher, au niveau du langage, de la motricité... On a des tout-petits, mais aussi de grands adolescents et de jeunes adultes », note Mme Duguay lorsqu'on l'interroge sur les jeunes patients du CRE.

Selon le CIUSSS de l'Estrie-CHUS, il s'agit du « premier escalier interactif dédié à la réadaptation physique au Québec ».

Le projet a été rendu possible grâce à un soutien financier de 6000 $ de la Fondation CRE et de 20 000 $ de son Fonds Nancy-Shields. L'inauguration a eu lieu en présence de plusieurs intervenants du CIUSSS de l'Estrie -CHUS et des partenaires financiers.

L'organisme de murales urbaines MURIRS, qui a déjà conçu une murale au CRE, a élaboré les croquis et peint l'espace.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer