Le prolongement de Matisse d'abord

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les deux premières phases du boulevard René-Lévesque devraient être terminées en novembre, entre le boulevard Industriel et la rue Henri-Labonne. La dernière portion, située entre la rue Henri-Labonne et le boulevard Bourque, n'est pas attendue avant 2020.

Le directeur du Bureau des projets majeurs à la Ville de Sherbrooke, Denis Gélinas, a répondu aux questions de citoyens à l'occasion d'une séance d'information sur le déroulement des travaux. Une soixantaine de personnes s'étaient déplacées à la maison des jeunes de Rock Forest mardi.

Son collègue Jean-Pierre Gagnon, ingénieur coordonnateur, laissait entendre que la phase 3 n'est toujours pas planifiée. La Ville souhaite arriver à une entente avec des propriétaires dont les bâtiments se trouvent sur le tracé choisi.

Rappelons que les deux premières phases comptent des carrefours giratoires à l'intersection des rues Magnelli/Sainte-Claire, Matisse et Henri-Labonne.

Quant aux travaux eux-mêmes, ils commenceront en avril avec du déboisement. « La priorité sera de livrer le prolongement de la rue Matisse et le carrefour giratoire, au plus tard en juillet, pour permettre la construction de l'école C », indique M. Gagnon.

Mesures de contrôle

La circulation transitera alors par le quartier résidentiel jusqu'à ce que le tronçon Industriel-Matisse soit construit.

« Les travaux se tiendront entre 7 h et 18 h, mais il y aura peut-être de particularités. Nous ne contrôlons pas la météo et il pourrait parfois falloir déborder. Nous avons créé des limites de déboisement et des mesures de contrôle de bruit et de la poussière. »

Des sismographes seront utilisés pendant le dynamitage et des mesures de monoxyde de carbone seront prises. La Ville effectuera aussi le tour des fondations des maisons situées dans un rayon de 100 mètres pour connaître leur état avant et après les travaux.

Un citoyen a voulu savoir si on en profiterait pour faciliter la sortie de la rue Saint-Jacques vers le boulevard Industriel. Denis Gélinas a affirmé que le sujet se trouvait à l'étude.

D'autres se sont préoccupés des aménagements paysagers. « Ce sera une gymnastique de mettre des arbres que nous n'aurons pas besoin de détruire dans 20 ans. Les conduites passeront au centre du terre-plein et il faut considérer l'éclairage. Il y a encore une réflexion à faire », a dit M. Gagnon.

Pourquoi une école aussi près d'un carrefour giratoire, a demandé un autre citoyen, en parlant de l'école C à l'angle de la rue Matisse et du futur boulevard. Parce que c'est le terrain retenu par la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, a-t-on répondu. « C'est le secteur le plus adapté pour permettre d'agrandir le bâtiment et les aires de stationnement, au besoin », a mentionné Denis Gélinas.

Les propriétaires des rues Magnelli et Matisse craignent une augmentation de la circulation... Ces rues ont pourtant été conçues depuis le départ pour un raccordement au boulevard René-Lévesque, mentionne M. Gélinas.

Enfin, une femme a demandé la construction d'un parc à chien dans le secteur, une idée qui sera étudiée par les services de la Ville.

À noter qu'une couche d'asphalte sera apposée sur la rue Henri-Labonne, entre le carrefour giratoire et la rue Poisson.

Les citoyens ayant des interrogations peuvent consulter le sherbrooke.ca/renelevesque ou écrire au renelevesque@ville.sherbrooke.qc.ca.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer