Mont Bellevue : le RPMB assure qu'il sera prêt

Le président du Regroupement du parc du Mont-Bellevue... (Spectre média: Julien Chamberla)

Agrandir

Le président du Regroupement du parc du Mont-Bellevue (RPMB), Jean-Marie Croteau, assure que son organisation sera prête à reprendre la gestion de la montagne le 1er mai et qu'un lien constant a été entretenu avec les ressources humaines de la Ville. « Nous avançons à vitesse municipale. »

Spectre média: Julien Chamberla

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le président du Regroupement du parc du Mont-Bellevue (RPMB), Jean-Marie Croteau, assure que son organisation sera prête à reprendre la gestion de la montagne le 1er mai. En réaction aux propos de l'actuel gestionnaire Claude Adam et aux inquiétudes du conseiller Jean-François Rouleau, M. Croteau rapporte qu'il travaille avec la Ville depuis un an pour assurer la transition.

« Vendredi dernier, deux directeurs du département des sports et certains élus se sont rencontrés en réunion de travail. La Ville a déjà en provision deux montants pour les investir dans la boutique de ski et le département de location pour assurer le déroulement de la saison de ski 2017-2018 », commente M. Croteau.

« La Ville marche en parallèle avec M. Adam depuis des années. Le partage des connaissances se fait. M. Adam a rencontré au moins deux personnes du RPMB. Nous avons aussi eu une présentation au conseil d'administration des attentes des responsables de la boutique de ski, de la billetterie et du restaurant. »

Jean-François Rouleau affirmait qu'il y avait péril en la demeure et déplorait la démission de certains membres du regroupement.

Jean-Marie Croteau confirme que deux membres du regroupement ont quitté, dont un pour des raisons de santé. Il n'y aurait donc pas de mouvement de masse.

Le nouveau conseil d'administration devrait être élu en avril. « Il faudra changer nos règlements généraux parce que nous gérerons un centre de ski. Les membres viendront des différents clubs fédérés et il y aura aussi des citoyens. »

On trouvera donc des représentants du ski alpin, du ski de fond, du vélo, du tir à l'arc, du tennis, de la mycologie et du géocaching. La Ville ne siègera pas au conseil d'administration. « La Ville est propriétaire. Elle peut indiquer à tout moment ce qu'elle veut ou ne veut pas. »

Jean-Marie Croteau rappelle qu'un directeur général intérimaire a assuré une présence tout l'hiver et qu'un directeur général sera nommé pour la prochaine saison. « C'est évident qu'il y aura de grandes chaussures à chausser, mais on s'y prépare. »

M. Croteau rappelle qu'un lien constant a été entretenu avec les ressources humaines de la Ville. « Nous avançons à vitesse municipale. »

« Une vraie farce »

L'ancien vice-président du RPMB, Jean Gagnon, est le membre qui a remis sa démission en février après avoir communiqué son intention de se retirer en octobre.

« C'est une vraie farce. Les gens aux sports à la Ville sont des amateurs. Pour moi, le bénévolat est terminé. On avait réclamé des choses à la Ville et ça ne venait pas. Les enjeux sont importants. Je ne sais pas quelles raisons la Ville a pour torpiller le projet. C'est un flou continuel sur tous les plans. »

« Il y a un projet de faire des activités sur quatre saisons dans la montagne, mais on n'en avait que pour le ski et le vélo. À mon avis, il y a un immense déséquilibre. C'est démesuré ce qu'ils veulent faire avec le vélo. »

Le président du comité du sport et du loisir, Vincent Boutin, admet que de faire un processus de transition comme celui-là remet beaucoup de choses en question. « Il est possible que des gens ne veulent pas continuer. L'objectif est d'amener tous les clubs et les bénévoles pour déterminer la vision de développement. Je trouve normal et sain qu'il ait ce genre de remous. Ça démontre que les gens ont à coeur la montagne. »




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer