Elle cherche le bon Samaritain qui l'a poussée dans la tempête

La tempête qui a commencé à s'abattre sur Sherbrooke mardi a fait ressortir le... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La tempête qui a commencé à s'abattre sur Sherbrooke mardi a fait ressortir le côté altruiste de plusieurs citoyens.

Une dame de 87 ans, Denise Ferland, cherche d'ailleurs le bon Samaritain qui l'a aidée à gravir la rue Don Bosco, devenue trop glissante. Parallèlement, la Ville de Sherbrooke a reçu de multiples éloges sur les médias sociaux pour sa gestion de la situation.

« Normalement, je ne serais pas sortie, mais j'avais un rendez-vous. Je suis restée prise sur la rue King pendant une heure. J'avais vu des voitures monter la rue Don Bosco, alors je me suis dit que ça passerait », raconte Mme Ferland.

Elle s'est engagée sur Don Bosco, mais sa Prius rouge a refusé de grimper plus haut que la rue Bel-Air. Coincée, Mme Ferland hésitait à rebrousser chemin. « J'étais prise et j'avais peur de frapper quelqu'un en reculant. J'ai baissé ma fenêtre parce que je ne voyais plus bien derrière moi. Des voitures m'ont dépassée de chaque côté. Un tracteur qui descendait s'est arrêté et m'a demandé d'attendre. Il m'a poussé jusqu'en haut de la côte. Je voudrais retrouver ce monsieur pour le remercier. C'est sûr qu'en m'enlevant de là, on donnait une chance à d'autres de monter. »

Il pourrait s'agir d'une chenillette de la Ville de Sherbrooke, puisque sept véhicules du genre étaient déployés dans les côtes de la ville, notamment sur la rue King Ouest, la rue Marquette, la rue Terrill et la rue Don Bosco.

Commentaires positifs

Sur les médias sociaux, les commentaires envers le travail de la Ville sont généralement positifs. Un citoyen s'interrogeait toutefois à savoir pourquoi les trottoirs et les pistes cyclables du boulevard Lionel-Groulx étaient déneigés dans des conditions où les cyclistes n'étaient pas nombreux à l'extérieur. « Certaines pistes cyclables sont multifonctionnelles et permettent aussi aux piétons de circuler. Concernant l'ordre de priorité, les équipes déblaient les trottoirs en respectant les niveaux de service prévus dans la Politique de viabilité hivernale », répond la Ville sur sa page Facebook.

Parmi les commentaires positifs, Maxime Tétrault rendait à la Ville ce qui lui revient. « Sérieusement chapeau à vos équipes de déneigement! On chiale quand c'est pas à notre goût, mais faut aussi savoir souligner les bons coups! »

Élise Tétreault faisait part de ses remerciements. « Merci des milliers de fois pour le travail effectué... Je suis à un km de l'ouvrage et ça m'a pris 20 minutes me rendre chez moi. Ça travaillait fort déjà depuis 2 heures alors imaginez si vous n'aviez pas été là... au secours. »

Claude Simard allait directement au but. « Excellente réaction face à la tempête. On voit ce que ça donne une bonne planification. »




À lire aussi

  • Luc Larochelle | <em>Souvenirs de 2007</em>

    Perspectives

    Souvenirs de 2007

    CHRONIQUE / Le printemps érable a reculé l'horloge de cinq ans en février, et voilà que le 14 mars est venu ressasser les souvenirs d'un certain 14... »

  • Une fin de journée infernale

    Sherbrooke

    Une fin de journée infernale

    Ce n'est pas un, mais deux carambolages successifs qui ont marqué cette journée de tempête sur l'autoroute 10. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer