Aéroport : la Chambre de commerce veut la desserte commerciale

« Si on fait un moratoire, on arrête.... (Archives, La Tribune)

Agrandir

« Si on fait un moratoire, on arrête. Et si on arrête de faire des projets, il y a des risques que rien ne se passe », estime le président de la Corporation de l'aéroport, Julien Lachance. -

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La Chambre de commerce de Sherbrooke réitère la nécessité pour la ville de Sherbrooke de disposer d'une desserte commerciale à partir de son aéroport. Cette intervention survient alors que des conseillers indépendants demandent un moratoire sur les investissements à l'aéroport de Sherbrooke.

Le candidat potentiel aux prochaines élections, Steve Lussier, a lui aussi formulé des doutes sur la viabilité d'une liaison aérienne. Il affirmait que la communauté d'affaires était moins mobilisée qu'on le laisse entendre.

« La relance de l'aéroport de Sherbrooke est un dossier important pour le développement économique de la Ville de Sherbrooke et de la région de l'Estrie. Sherbrooke est la seule agglomération canadienne de plus de 200 000 habitants qui ne dispose d'aucun service aérien régulier », rappelle la Chambre de commerce dans un communiqué.

« Les entrepreneurs nous le confirment : ce serait tellement plus simple que les clients ou les fournisseurs atterrissent ici au lieu de Montréal et prennent une limousine pour venir à Sherbrooke. La Chambre de commerce croit toujours aux résultats de l'étude d'impacts économiques de Luc Savard de l'Université de Sherbrooke. »

Elle ajoute que l'étude de marché de Harvey International décrivait un potentiel de voir plus de 30 000 personnes prendre l'un des 900 vols par année prévus en Dash-8-100 de 37 passagers plutôt qu'à Montréal ou Burlington.

La Chambre rappelle aussi que 33 leaders économiques de la région ont signé une lettre d'appui au projet en 2013.

« Chaque année, la Chambre reçoit ses gouverneurs, soit les anciens présidents et anciennes présidentes. Le dossier de l'aéroport de Sherbrooke revient toujours dans les discussions comme un enjeu majeur de notre économie. Prochainement, la Ville devra analyser trois offres de transporteurs... on est près du but ! »

Pas de projets concrets

Le président de la Corporation de l'aéroport, Julien Lachance, précise pour sa part qu'il n'y a pas d'offres de transporteurs à analyser pour le moment. Du moins, pas dans la forme souhaitée. « Au C.A. de l'aéroport nous n'avons pas de projets concrets. Il y a des offres, mais il n'y en a pas pour des liens aériens dans le schéma que nous avions présenté aux élus en 2015. » Cela ne signifie pas qu'il faille cesser les discussions avec les trois compagnies approchées en janvier.

« De ce que je sais, il y a du travail qui se fait actuellement de ce côté-là. »

Quant à l'idée d'un moratoire sur les dépenses liées au développement d'un lien commercial à l'aéroport, M. Lachance estime qu'il freinerait non seulement le projet, mais qu'il risquerait de le faire avorter. « Ce ne sont pas des millions qu'on dépense. Le jour où on aura un projet, là ce seront des millions sur plusieurs années. Entre-temps, de bien travailler et de continuer à chercher, selon moi, ce n'est pas un coût si élevé pour arriver à quelque chose. Si on fait un moratoire, on arrête. Et si on arrête de faire des projets, il y a des risques que rien ne se passe. »

Le maire Bernard Sévigny, malade, n'était pas disponible pour commenter lundi soir.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer