Raymond Gaudreault sera candidat dans Brompton

«Je ne me présente pas contre Nicole Bergeron,... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

«Je ne me présente pas contre Nicole Bergeron, mais pour Sherbrooke Citoyen», précise le confodateur du parti, Raymond Gaudreault.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les deux cofondateurs du parti Sherbrooke Citoyen tenteront d'obtenir un siège de conseiller aux prochaines élections municipales. Après Évelyne Beaudin, qui a confirmé qu'elle se présentait de nouveau dans le district du Carrefour, c'est au tour de Raymond Gaudreault de faire le saut. Il brigue l'investiture du parti pour le district de Brompton.

M. Gaudreault avait été nommé chef intérimaire du parti dès sa création. Il avait toutefois renoncé à ce poste en janvier puisque les règlements du parti ne permettaient pas à un membre de l'exécutif de se présenter pour une investiture. Âgé de 48 ans, M. Gaudreault est ingénieur chez Exp. Il a été un des visages du groupe Contre la disparition de Brompton, qui cherchait à éviter la fusion de l'arrondissement de Brompton avec Rock Forest-Saint-Élie-Deauville. Il se rangeait alors derrière la conseillère Nicole Bergeron, qu'il affrontera en novembre.

« Je ne me présente pas contre Mme Bergeron, mais pour Sherbrooke Citoyen, pour sa vision décentralisatrice. Nous avons perdu notre arrondissement et la dynamique a changé. J'ai parlé avec Nicole Bergeron et nous avons convenu de faire une campagne positive. Je n'ai pas envie de faire de salissage. Je veux présenter une vision d'avenir. »

À l'origine, Raymond Gaudreault n'envisageait pas une carrière politique. « Essentiellement, j'ai été convaincu par l'équipe dynamique. Le coeur est là. J'avais envie d'être dans l'action. C'est la suite logique de mon implication. Ce n'était pas dans le plan de match, mais le contexte a fait qu'il y avait des possibilités. Si je ne me lance pas dans le parti que j'ai créé, je vais le faire quand? »

M. Gaudreault s'est dit convaincu par l'intérêt de la candidate potentielle à la mairie, Hélène Pigot, et par la présence d'Évelyne Beaudin et d'Edwin Moreno comme candidats pour le parti.

« Je viens du milieu communautaire. Je me suis engagé dans les scouts, les Chevaliers de Colomb. Je suis avant tout un citoyen engagé dans sa communauté. J'ai fait campagne dans le projet de la réforme de la gouvernance et le cheminement a fait qu'il fallait créer un parti. La vie m'apporte un défi à relever. »

Raymond Gaudreault estime qu'il faudra porter une attention particulière aux organismes dont les conseillers d'arrondissement s'occupaient dans le passé. « Il faudra aussi structurer le centre communautaire et défendre le milieu rural et agricole. »

Claude Dostie, président du parti Sherbrooke Citoyen... - image 2.0

Agrandir

Claude Dostie, président du parti Sherbrooke Citoyen

À la recherche d'autres candidats

La période des mises en candidature pour représenter le parti Sherbrooke Citoyen aux prochaines élections municipales a pris fin lundi. L'objectif d'avoir un candidat par district en novembre n'est toutefois pas atteint pour le moment.

Aux aspirants conseillers déjà connus, soit Edwin Moreno, Évelyne Beaudin, Raymond Gaudreault et Hélène Pigot s'ajoutent trois nouveaux noms. Raïs Kibonge affrontera Chantal L'Espérance et Hubert Richard dans le district 4.3, au centre-ville. William Fortier sera pour sa part sur les rangs dans le district 2.3, des Quatre-Saisons, où il se frottera à Vincent Boutin. Gabrielle Gagnon, elle, a pour le moment le champ libre pour le siège de conseillère d'arrondissement dans le district d'Upland's, dans l'arrondissement de Lennoxville. Les photos et les biographies de ces candidats seront publiées sur le site internet du parti dans les prochains jours.

« Nous n'avons pas des candidats dans tous les districts, mais nous continuons le recrutement. Nous avons des discussions avec des gens qui préféreront annoncer leurs intentions plus tard. Certains doivent attendre en raison de leur travail ou pour des raisons personnelles », réagit Claude Dostie, président de Sherbrooke Citoyen.

« Nous construisons sur du solide. Je suis très heureux des candidatures que nous avons! » ajoute-t-il.

Théoriquement, il n'est toujours pas acquis que ces candidats obtiendront l'aval du parti. Les courses aux investitures sont prévues lors du congrès de Sherbrooke Citoyen, le 18 mars à La Capsule, rue Wellington Sud. « Il y aura un processus de vote où les gens pourraient décider de remettre l'investiture à plus tard. Si les membres ne sont pas convaincus par la candidature, ils peuvent choisir la "chaise vide". Officiellement, il n'y aura pas de bataille pour les investitures. Je ne vois pas de raisons de penser que les membres choisiront la chaise vide. Le temps fait son oeuvre autant pour les citoyens et que les candidats. Je ne suis pas certain que les citoyens ont envie de parler d'élections pendant un an. »

M. Dostie n'affiche donc aucune déception de voir que des sièges doivent encore être comblés. « On a fait un processus transparent. Nous sommes contents de compter sur des gens avec une bonne notoriété et d'autres qui sont moins connus, mais qui sont bien organisés dans leur district. »

En plus du congrès qui approche, Sherbrooke Citoyen cherchera lentement à gagner en visibilité. « Nous adopterons le programme le 18. Ensuite, nous sortirons plus souvent sur la place publique pour nous positionner sur les enjeux sherbrookois. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer