Pas de patinoires durant la relâche

Tout indique que les patinoires extérieures de la... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Tout indique que les patinoires extérieures de la Ville de Sherbrooke seront fermées pendant la semaine de relâche en raison des températures des derniers jours.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Tout indique que les patinoires extérieures de la Ville de Sherbrooke seront fermées pendant la semaine de relâche en raison des températures des derniers jours. La Ville cherchera toutefois à vérifier si des plages horaires permettront d'offrir du patin libre dans les arénas.

« Il y a eu énormément de fonte en fin de semaine. Nous avons perdu beaucoup d'épaisseur sur la glace. On annonce beau et terriblement chaud jusqu'à samedi. Ça prend une semaine entre -5 et -10 °C pour redémarrer des patinoires, ce qui fait en sorte que ça ne fonctionnera pas pour avoir des patinoires pendant la relâche scolaire sur la tendance se maintient », commente Guylaine Boutin, directrice du Service de l'entretien et de la voirie à la Ville de Sherbrooke.

« La patinoire Bleu, Blanc, Bouge est réfrigérée, donc elle ne subit pas ce problème. Nous prendrons aussi des mesures d'épaisseur de glace au Domaine Howard. Nous avions déjà 13 ou 14 pouces de glace. Peut-être qu'elle sera moins affectée que les autres patinoires », ajoute-t-elle. L'information sera mise à jour sur le site internet de la Ville quotidiennement pour communiquer la situation des patinoires.

Bon bilan de déneigement

La Ville dresse par ailleurs un bilan positif de ses activités de déneigement de la semaine dernière. Elle a réussi à mener ses activités beaucoup plus rapidement que ce qu'exige sa politique de viabilité hivernale, disponible sur son site internet. « Cette politique nous donne les niveaux de service à atteindre. C'est avec ça qu'on mesure notre performance au Service de l'entretien et de la voirie. Nous avons réussi à livrer le niveau de service requis avant le délai qui nous était imparti dans cette politique », précise Guylaine Boutin.

« Par exemple, pour la précipitation de neige de lundi qui s'est terminée à 9 h, nous avions jusqu'à 15 h pour finir de déneiger les niveaux 1, soit les artères. Nous étions en situation météo difficile. À 9 h, nous avions terminé les niveaux 1 et les niveaux 2 (les rues collectrices). La politique stipule que les rues locales devaient être déneigées pour 7 h le lendemain matin. Nous avons fini ce déneigement en fin d'après-midi.

La tempête a forcément entraîné le paiement d'heures supplémentaires. « Le modèle que nous avons comporte trois parties prenantes. Il y a des équipements qui sont loués et opérés, donc ce sont des entrepreneurs à l'heure qui viennent nous donner un coup de main. Nous avons aussi des entrepreneurs sur le territoire et nos hommes. Il y a des heures que nous avons données à des sous-traitants externes. Bien évidemment, nous étirons notre période pour l'enlèvement de neige qui fait que nous faisons du temps supplémentaire. Au lieu de faire 8 h, les gens font 12 h par jour, alors oui, il y a quatre heures de temps supplémentaire, mais il fallait livrer le service. »

Les activités de déneigement se poursuivent cette semaine. « C'est prévu dans la politique que dans les ronds-points, les stationnements étagés, il faut enlever la neige. C'est peut-être moins critique que les rues bordées de trottoir, mais oui, il reste du travail à faire et c'est ce que nous faisons cette semaine. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer