La Ville dépose ses orientations pour Well inc.

La Ville de Sherbrooke veut se doter d'un... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La Ville de Sherbrooke veut se doter d'un Plan particulier d'urbanisme pour le secteur de la rue Wellington Sud.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La Ville de Sherbrooke veut se doter d'un Plan particulier d'urbanisme (PPU) pour le secteur de la rue Wellington Sud. Celui-ci permettra le déploiement de la stratégie Well inc. en plus de viser une optimisation de l'occupation du territoire.

« C'est un outil de planification qui permet d'encadrer tout le développement du secteur. Ça nous permet d'ajouter un programme d'acquisition d'immeubles qui n'est pas possible sans avoir de PPU. On ne peut pas faire des acquisitions à des fins autres que municipales, pour la revitalisation, sans un PPU », explique Lise Dubord, directrice adjointe du service de la planification urbaine et du développement durable.

« Nous voulons entre autres améliorer la circulation. Actuellement, parce qu'il y a un pavé uni, il n'y a pas de différence entre la voie piétonnière et la voie de circulation automobile. Nous voulons une rue plus intéressante pour les piétons », ajoute-t-elle.

Des aménagements sont par ailleurs prévus pour améliorer les liens entre la rue Wellington Sud et la rue du Dépôt, et entre la rue du Dépôt et la rue des Grandes-Fourches.

Mixité des usages

Concrètement, sur Wellington Sud, on cherche à favoriser une mixité des usages, en implantant des commerces au rez-de-chaussée et des incubateurs d'entreprises, des bureaux et des logements aux étages supérieurs. Six aménagements physiques principaux sont proposés, dont la démolition et la reconstruction du stationnement à étages de la rue du Dépôt, la construction du lieu de diffusion Enfance-jeunesse et l'aménagement d'une place publique de rassemblement offrant une percée visuelle vers la gare.

Une consultation publique est prévue le 14 mars à 19 h. Elle permettra d'intégrer des modifications dans le projet final qui sera déposé à la fin mars.

La conseillère Annie Godbout a enregistré sa dissidence. « Je n'ai pas compris la démarche de présenter ce PPU. Les moyens déployés sont timides et pourraient s'appliquer dans n'importe quel centre-ville de la province. Le PPU est un outil de planification, mais pour la problématique de stationnement, on ne voit aucune piste de solution. Pour les aménagements, il n'y a rien de concret à se mettre sous la dent. Il n'y a pas d'orientation claire. Dans le PPU du quartier Saint-Roch à Québec, on présentait clairement les aménagements. J'aurais souhaité voir un design urbain aussi élaboré que pour le projet de René-Lévesque pour guider les promoteurs. J'ai l'impression qu'on donne un chèque en blanc aux promoteurs et à la Ville. »

Hélène Dauphinais, elle, a déploré l'embauche d'un consultant externe au coût de 21 000 $ pour un PPU qui ne présentait « pas beaucoup de nouveauté ».

Le PPU du secteur Wellington Sud devra être intégré dans un nouveau PPU à élaborer pour l'ensemble du centre-ville. Le PPU du centre-ville actuel date de 1986 et sera revisé dans les prochaines années.

Agrandissement : la Résidence Murray peut aller de l'avant

La greffière de la Ville de Sherbrooke Isabelle Sauvé a confirmé lundi qu'un nombre suffisant de signatures valides a été recueilli pour annuler la tenue d'un registre pour le projet d'agrandissement de la Résidence Murray.

Jeudi dernier, le propriétaire de la Résidence Murray annonçait avoir recueilli 1001 signatures sur un avis de renonciation à la tenue d'un registre. Puisque le secteur concerné compte 1623 personnes habiles à voter, le chiffre à atteindre était de 812 signatures. Il fallait toutefois que le Service des affaires juridiques de la Ville établisse la validité de ces signatures. Le registre, qui devait être ouvert le 22 février, est donc officiellement annulé.

En conséquence, le conseil pourra adopter un projet particulier de construction, de modification ou d'occupation d'un immeuble pour permettre d'ajouter 57 unités de logement aux 92 existantes à la Résidence Murray.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer