En famille contre la dépendance

Le Domaine Perce-Neige lance officiellement un nouveau programme... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Le Domaine Perce-Neige lance officiellement un nouveau programme d'accompagnement pour les proches de gens souffrant de dépendances. Claudie Simoneau, ancienne résidente du Domaine Perce-Neige, Louise Marcotte, directrice de l'établissement, Louis Lamontagne, directeur général du Domaine, et Philippe Guay, père d'un ancien résident, croit fermement que le soutien de la famille est un facteur de réussite quand il s'agit de désintoxication.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Domaine Perce-Neige célèbre ses 20 ans en annonçant la mise en oeuvre d'un nouveau service de soutien aux parents et proches de gens aux prises avec un problème de dépendance à l'alcool, aux drogues ou aux médicaments. Pour mieux desservir sa clientèle, l'établissement agrandira ses installations de la rue Moulton Hill, à Sherbrooke. Un projet qui nécessitera un investissement d'environ 250 000$.

«Moi, je pensais qu'il n'y avait plus aucune solution. J'étais convaincu que notre fils ne s'en sortirait pas et que ce serait la catastrophe. Un complet désarroi. On a l'impression qu'on est seul à vivre ça. Le pire bout est quand tu crois que tu vas perdre ton enfant. Et quand on parle de toxicomanie, c'est bien possible», a témoigné Philippe Guay, le père d'un ancien résident du Domaine Perce-Neige.

«Mais l'espoir est revenu dès le premier rendez-vous», ajoute-t-il.

La thérapie familiale, qui était déjà offerte de façon sporadique, sera désormais offerte en continu au Domaine. «Dans les facteurs de réussite d'une désintoxication, le soutien des proches est important. Les proches des personnes que nous accueillons au Domaine se sentent souvent isolées, démunies et impuissantes face aux nombreuses facettes des problèmes de dépendances et de toxicomanies. Le nouveau service vise à répondre à un besoin bien réel de la part de personnes de bonne volonté qui sont disposées à s'investir dans une démarche d'accompagnement, mais qui ne savent pas quoi faire», souligne le directeur général de l'établissement, Louis Lamontagne.

«Souvent les proches vivent une forme de culpabilité. Ils se demandent ce qu'ils auraient pu faire et qu'ils n'ont pas fait. C'est toujours difficile de dire à un parent que là où est rendu son enfant, la meilleure façon de l'aider est de ne plus l'aider et de le laisser trouver lui-même sa force intérieure», renchérit la cofondatrice et directrice du Domaine, Louise Marcotte.

«Il y a beaucoup de conseils qu'on nous a donnés et qui ont fonctionné», confirme M. Guay, dont le fils se porte beaucoup mieux aujourd'hui.

Aux prises avec un problème de cocaïne depuis ses 18 ans, Claudie connaît le visage de la dépendance. «J'avais très honte de moi, j'avais l'estime de moi dans le plancher et zéro espoir. J'avais perdu la confiance des gens autour de moi. Je n'avais plus la confiance de mon père ni de mon fils», raconte celle qui a résidé en tout et partout deux ans au Domaine. Elle a terminé son séjour il y a neuf ans. «Je ne consomme plus et je vais bien depuis. J'ai racheté le commerce de mon père et je suis devenue l'idole de mon fils» résume-t-elle.

« Pour nous, la toxicomanie est un problème de dépendance qui comporte un ensemble d'éléments caractéristiques auxquels la personne doit s'attaquer globalement si elle veut s'en sortir, de préciser Mme Marcotte. Parmi ces éléments, il y a la compulsion à s'engager dans ce comportement malgré une certaine perte de la capacité du plaisir; le maintien du comportement malgré ses conséquences négatives; l'obsession de la recherche du produit; la culpabilité au cours de l'usage et la présence des symptômes du sevrage lors de l'arrêt brutal de la consommation. »

Depuis sa fondation, le Domaine Perce-Neige a accueilli 2 589 personnes. Les hommes représentent 79 pour cent de la clientèle et les femmes 21 pour cent. Le groupe d'âges des 25-34 ans constitue 35 pour cent de la clientèle, tandis que les 35-44 ans et les 18-24 ans représentent respectivement 27 et 25 pour cent des personnes accueillies au Domaine Perce-Neige.

«Le perce-neige est une plante magnifique qui réussit à sortir de la froideur et fleurir, symbole de la souffrance et la force de se sortir de la dépendance. Je suis persuadée que chaque être humain est capable de s'en sortir», mentionne Mme Marcotte.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer