Dany Sévigny renonce à la mairie

L'homme d'affaires Dany Sévigny, pressenti pour affronter le... (Archives, La Tribune)

Agrandir

L'homme d'affaires Dany Sévigny, pressenti pour affronter le maire sortant Bernard Sévigny, a pris sa décision. S'il ne ferme pas la porte à une carrière en politique, il ne sera pas sur les rangs lors de l'élection municipale de cet automne.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le choc Sévigny contre Sévigny à la mairie de Sherbrooke n'aura pas lieu. L'homme d'affaires Dany Sévigny, pressenti pour affronter le maire sortant Bernard Sévigny, a pris sa décision. S'il ne ferme pas la porte à une carrière en politique, il ne sera pas sur les rangs lors de l'élection municipale de cet automne.

L'homme d'affaires mentionne que la décision n'a pas été facile à prendre. « C'est un objectif dont je rêve depuis longtemps. Après mûre réflexion, et aussi à la suite du développement récent d'un nouveau défi au sein de mon entreprise, je dois remettre le projet politique à plus tard », explique-t-il.

Dany Sévigny mentionne qu'il est trop tôt pour dévoiler la nature du développement à venir, mais que l'occasion s'est présentée et qu'il a choisi de la saisir. Il assure qu'il n'a pas subi de pressions du milieu pour passer son tour ou pour laisser sa place à quelqu'un d'autre. « C'est vraiment ma décision à moi. »

Il était par ailleurs conscient qu'il ne pouvait pas porter le chapeau de maire et continuer à faire du développement d'affaires dans son entreprise. « J'aurais pu léguer mes parts à mes partenaires, mais j'ai plutôt choisi le milieu des affaires pour le moment. »

Il reste que l'univers politique demeure une avenue qu'il songe à emprunter dans le futur. « Je continue de réfléchir sur la meilleure façon de continuer à m'impliquer comme je l'ai fait depuis les 25 dernières années afin d'amener mon humble contribution au développement de la communauté. On verra comment le développement de l'entreprise ira dans quatre ans et je prendrai une décision à ce moment-là. La politique m'a toujours titillé. »

M. Sévigny ne dit pas non à une candidature au provincial ou à l'échelle nationale, mais... « La politique municipale, c'est plus proche. C'est moins contrariant pour la famille... »

L'homme d'affaires appuiera-t-il un autre candidat dans la course à la mairie ? « Je ne me suis même pas posé la question. Quand j'ai fait ma réflexion, c'est parce que moi j'avais le goût d'être là. Ce n'était pas contre quelqu'un d'autre ou dans le but de battre le maire sortant. » Il n'a pas été approché non plus pour donner son appui à un candidat.

Le maire sortant n'a donc toujours aucun adversaire connu, même si le parti Sherbrooke Citoyen confirme que son chef, qui reste à être identifié, briguera les suffrages pour le siège du premier magistrat. La conseillère Annie Godbout, qui affirmait être en réflexion, n'a toujours pas rendu sa décision. Steve Lussier, issu du milieu des finances, n'a pas fermé la porte à une candidature non plus. En lice en 2013, Hubert Richard aurait pour sa part choisi de se présenter pour un siège de conseiller dans le district 4.3, au centre-ville, selon ce que rapporte Radio-Canada.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer