La Caisse des Deux-Rivières comme possible école temporaire

L'école primaire La Source-Vive, qui accueille quelque 290 élèves,... (Spectre média, Maxime Picard)

Agrandir

L'école primaire La Source-Vive, qui accueille quelque 290 élèves, est à l'étroit.

Spectre média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Afin d'éviter le déplacement de ses élèves de l'école La Source-Vive ailleurs sur le territoire de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), la municipalité d'Ascot Corner se portera bientôt acquéreur du bâtiment logeant la succursale de la Caisse des Deux-Rivières  de Sherbrooke, sur la rue Principale.

Puisque l'école primaire La Source-Vive, qui accueille quelque 290 élèves, est à l'étroit, la CSRS envisage de transférer l'équivalent de deux classes à l'école des Avenues, dans l'est de Sherbrooke, ou à Notre-Dame-des-Champs, à Stoke, pour la rentrée 2018.

Ascot Corner prévoit l'installation sur son territoire de l'équivalent de 177 unités de logement au cours des trois prochaines années, ce qui pourrait se traduire par l'arrivée de 42 écoliers.

Comme solution temporaire à ce problème, la municipalité d'Ascot Corner propose plutôt de déménager deux ou trois classes dans le bâtiment de la rue Principale, en attendant que l'école La Source-Vive soit agrandie - d'ici deux ou trois ans, espère la mairesse Nathalie Bresse.

« Présentement, il n'y a pas de demande formelle de la commission scolaire pour faire un agrandissement, alors on travaille beaucoup là-dessus encore », indique Mme Bresse.

« C'est important pour nous de conserver la vie communautaire à Ascot Corner », souligne-t-elle pour expliquer pourquoi elle s'oppose au transfert des élèves ailleurs à Sherbrooke ou à Stoke. « Aussi, on voit déjà des gens qui veulent acheter des terrains ici, mais qui décident finalement de ne pas se construire à Ascot Corner parce qu'ils ont trop peur que leurs enfants doivent aller à l'école à Sherbrooke. »

La CSRS a visité le 5670, rue Principale, la semaine dernière, mais n'a toujours pas indiqué à la municipalité si l'espace était conforme à ses critères. « On ne sait pas grand-chose de la part de la commission scolaire, on n'a jamais de retour », déplore la mairesse.

Si la commission scolaire refuse sa proposition, la municipalité d'Ascot Corner compte tout de même faire l'acquisition, probablement en février, du bâtiment de la Caisse des Deux-Rivières, au coût de 150 000 $.

« Au début, quand on a commencé à regarder pour acheter ce bâtiment-là, on n'était même pas au courant que l'école manquait d'espace, mentionne Mme Bresse. (...) Si ça ne sert pas d'école temporaire, on n'a pas encore de projet précis, mais c'est sûr que c'est une super bonne bâtisse, et comme le guichet automatique restera sur place, il va y avoir une location de 6000 $ par année pendant 7 ans. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer