Mairie : Godbout garde la porte ouverte

Annie Godbout ne se sent pas pressée d'annoncer... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Annie Godbout ne se sent pas pressée d'annoncer ses intentions de se présenter ou non à la mairie de Sherbrooke aux élections municipales de 2017.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La conseillère Annie Godbout nie qu'elle annoncera sa candidature à la mairie de Sherbrooke cette semaine. L'élue municipale a été forcée d'expliquer ses intentions au sujet de son avenir en politique après que le 107,7 FM eut diffusé l'information selon laquelle sa décision était prise.

Selon la chaîne radiophonique sherbrookoise, Mme Godbout se lancerait « malgré la réticence de plusieurs conseillers indépendants ».

« Je l'ai dit avant Noël et je le redis : je ne suis pas prête à annoncer cette décision. J'ai encore du travail à faire, des appuis à aller chercher. C'est une importante décision et ce n'est pas cette semaine que je vais l'annoncer », a indiqué Mme Godbout lundi soir.

« On ne m'a pas dit de ne pas me lancer. On me challenge c'est certain. On me pose des questions. Ça fait partie de cette dynamique de vouloir occuper un poste aussi important que la mairie. On veut être certain que je prends la bonne décision et que j'ai tout ce qu'il faut pour y aller. C'est ce sur quoi je travaille en ce moment. »

Annie Godbout vérifie donc ses appuis et voit si elle arrive à se constituer une équipe. « Il faut voir aussi avec la famille. C'est une importante décision pas juste pour moi, mais pour les gens autour de moi. »

« De bon augure »

La conseillère ne se sent pas bousculée même si les rumeurs et les pressions se multiplient. « C'est moi qui mène ce dossier. C'est sûr qu'on me pose des questions. Les gens ont le goût d'une campagne à la mairie. C'est ce que je sens. C'est de bon augure. Ça veut dire que les gens sont prêts à du changement. Je trouve que c'est positif. Je suis contente que les gens s'attardent à ma candidature. Ça veut dire que je suis une bonne candidate. C'est ce que ça dit, je pense. »

Annie Godbout prend la « réticence » de certaines personnes comme un défi. « Vouloir se présenter à la mairie, c'est vouloir amener quelque chose à Sherbrooke, de vouloir donner une couleur qui nous est propre, d'apporter une énergie. C'est aussi cette réflexion que j'ai eue dans les derniers temps : est-ce que je suis capable de le faire ? Est-ce que je suis prête à amener cette vision, ces idées, un plan d'action ? Il y a aussi ça dans la balance. Les candidats qui ont des bonnes idées et qui ont envie de développer le plein potentiel de la ville de Sherbrooke : tout le monde doit se présenter. C'est important pour le développement de la ville. Il faut penser d'abord à Sherbrooke. »

La division potentielle du vote de contestation fait aussi partie des défis et de la réflexion, ajoute-t-elle. « Il y a eu des discussions avec d'autres candidats potentiels, mais on marche sur des rumeurs. Il n'y a pas de faits sur qui veut se présenter. J'ai parlé avec certaines personnes, mais sans plus pour le moment. »

À savoir quand sa décision sera prise, Mme Godbout ne donne pas d'indice. « Je l'annoncerai quand je serai prête. » En novembre, elle affirmait que sa décision serait rendue en début d'année.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer