Le SPS veut faire partie de la solution et non du problème

Le SPS collabore avec l'Office municipal d'habitation de... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Le SPS collabore avec l'Office municipal d'habitation de Sherbrooke, qui a pour mission d'offrir des logements aux ménages à revenu faible ou modique, pour faire de la prévention et de la sensibilisation auprès des voisins qui pourraient être confrontés à des comportements inhabituels.

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Service de police de Sherbrooke (SPS) dit être sensibilisé à l'état des personnes en situation d'itinérance et admet évaluer différentes approches avant d'en venir à des mesures coercitives contre elles.

« On sait que ça ne prend pas nécessairement une grosse amende pour miner leur budget et créer un stress chez elles », souligne sans ambages le relationniste Philippe Dubois, qui est également policier communautaire depuis plusieurs années.

En plus de Philippe Dubois, le SPS compte six autres policiers communautaires en ses rangs, mais tous les patrouilleurs sont conscientisés afin d'éviter de devenir une épine supplémentaire dans le pied de personnes qui, en plus de vivre dans la précarité, souffrent fréquemment de maladies mentales.

« On sensibilise tous les patrouilleurs pour trouver d'autres solutions. Notre travail, c'est de faire respecter les règlements. Le but du billet d'infraction, c'est de rétablir une situation anormale. C'est sûr que chaque situation est observée et analysée différemment selon les circonstances, mais si on peut rétablir une situation avec une autre alternative que le constat d'infraction, on va la prendre », ajoute-t-il.

Il arrive donc fréquemment que les policiers dirigent eux-mêmes les personnes en état d'infraction aux différents organismes et intervenants pour les aider.

« Nous ne sommes pas des intervenants, des psychologues ou des éducateurs spécialisés, fait remarquer Philippe Dubois. Nous sommes sensibilisés, mais nous ne sommes pas nécessairement formés pour aider une personne à sortir d'un état de crise, par exemple. »

Le SPS collabore également avec l'Office municipal d'habitation de Sherbrooke, qui a pour mission d'offrir des logements aux ménages à revenu faible ou modique, pour faire de la prévention et de la sensibilisation auprès des voisins qui pourraient être confrontés à des comportements inhabituels.

« Je ne veux pas identifier un immeuble en particulier, mais il y a des immeubles où nous savons que plusieurs personnes se retrouvent logées et amorcent une réhabilitation. Nous faisons donc de la prévention et de la sensibilisation dans le voisinage pour éviter des conflits et améliorer les chances des personnes qui tentent de se replacer. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer