Pont des Grandes-Fourches : la Ville veut un juste partage des coûts

Aucune somme n'est prévue au budget 2017 pour... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Aucune somme n'est prévue au budget 2017 pour la reconstruction du pont des Grandes-Fourches.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Aucune somme n'est prévue au budget 2017 pour la reconstruction du pont des Grandes-Fourches. Si la structure actuelle atteindra la fin de sa vie utile en 2018, la Ville continue de négocier avec le ministère des Transports pour déplacer le pont plus à l'ouest dans un objectif de revitalisation du centre-ville. La Ville tient à décrocher une entente qui respectera la capacité de payer des citoyens, sans quoi le pont sera reconstruit au même endroit.

« Il y a 2,8 M$ qui avaient été consacrés au projet des Grandes-Fourches dans le budget 2016. Il y a beaucoup de travail qui s'est fait. Nous verrons, je pense, le projet en 2018. L'enjeu, c'est que nous négocions un juste partage des coûts avec le MTQ. Le meilleur scénario, c'est qu'on fait dévier le pont, qu'on le construit plus près de la rue Wellington, et ça s'inscrit dans un projet de réaménagement. On relocaliserait le curling », explique le maire Bernard Sévigny.

« Le pire scénario, et je ne dis pas qu'on s'en va vers ça, c'est que le MTQ refait son pont au même endroit et on ne met pas un sou là-dedans. Il en referait un neuf, de style stalinien, sans flafla, et on aura le même problème de revitalisation », ajoute-t-il.

À ce jour, il a été impossible d'arrimer la reconstruction du pont au projet Well inc., et de profiter du momentum créé par l'annonce d'un quartier de l'entrepreneuriat, parce que la Ville n'est pas propriétaire du pont.

« C'est un projet de 40 M$ », précise le maire. Quelle portion devra défrayer la Ville? M. Sévigny refuse de préciser quel montant serait acceptable pour ne pas nuire aux négociations. « Quelle est la juste part de l'un et de l'autre? C'est ce que nous sommes en train de déterminer. Vous comprenez qu'il y a toute une différence entre 10 M$ et 30 M$. Si la part est trop grande pour la Ville de Sherbrooke, le MTQ fera son pont là où il est en ce moment. C'est le choix que nous avons à faire. »

La Ville fait toutefois valoir que le MTQ devrait non seulement payer pour le pont, mais aussi continuer à entretenir l'échangeur Terrill, qui serait remplacé par un carrefour giratoire si le projet de la Ville se réalisait.

« La question qu'on se pose à la Ville et qu'on pose au ministère, c'est s'il vaut la peine de donner cette charge aux contribuables sherbrookois. J'aimerais qu'on se soit entendus en octobre, mais ce n'est pas le cas. Ça peut prendre encore plusieurs mois et c'est mon rôle de maire de m'assurer que l'entente est acceptable pour les contribuables. Après, on regarde le moins pire des scénarios. Nous irons en fonction de la capacité financière de la Ville de Sherbrooke. »




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer