Rattrapage salarial accordé au SPS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les policiers du Service de police de Sherbrooke disposent d'une nouvelle convention collective qui leur permet un rattrapage salarial de 2,25 % s'appliquant au 31 décembre 2014. Leur rémunération se rapproche maintenant de celle des policiers de Trois-Rivières, soit tout près de la médiane provinciale.

Les élus municipaux ont entériné lundi l'entente de principe intervenue entre le syndicat et la Ville. Nicole Bergeron, Julien Lachance et David Price ont inscrit leur dissidence. La convention de cinq ans, qui comprend des augmentations de salaire annuelles de 2 %, touche 241 salariés.

Dès les premières de 38 séances de négociation, l'Association des policiers et policières de Sherbrooke a identifié le rattrapage de la rémunération globale comme une priorité.

«Sur 32 corps policiers, nous étions avant-derniers pour la rémunération. L'enjeu consistait à un redressement salarial qui nous éviterait un arbitrage. Le seul processus d'arbitrage aurait coûté plus de 700 000 $ et il est clair qu'un redressement aurait été accordé», explique le président du comité exécutif Serge Paquin.

«Nous sommes allés chercher des économies dans l'application de la convention qui représentent environ 2 % en salaires, soit entre 350 000 et 400 000 $», ajoute M. Paquin.

Les gains de la Ville concernent principalement le temps supplémentaire. Il sera possible d'embaucher des policiers contractuels pour la période estivale, soit entre le 15 mai et le 15 septembre, justement pour limiter le temps supplémentaire. Une meilleure planification des vacances sera également possible grâce aux concessions des syndiqués.

Les policiers obtiennent un jour férié additionnel et l'ajustement à la hausse des primes de quart et de long service. Le quart de travail de fin de semaine atteint maintenant 12 heures. L'horaire hebdomadaire moyen est donc réduit de 1,2 heure.

«Nous espérons pouvoir maintenant compter sur un climat de travail serein, nécessaire à l'accomplissement du bon travail de nos policiers», a commenté le maire Bernard Sévigny.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer